Early Day Miners - Let Us Garlands Bring

29/01/2003, par Fred Tuc | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

EARLY DAY MINERS - Let Us Garlands Bring
(Secretly Canadian)

EARLY DAY MINERS - Let Us Garlands BringIl faut se méfier des Early Day Miners, ces bougres sont malins : deux premiers morceaux dans la lignée du précédent "Placer Found", et nous voilà baignant dans l'illusion d'être en terrain conquis. Vient alors le sournois "Offshore" à la même mise en bouche initiale mais dont le dérapage commence au bout de cinq minutes, après une longue montée en puissance, pour s'achever dans une collusion où les guitares et la batterie s'entendent afin de nous mettre à terre.
A l'exception de ce morceau un peu à part, la formation joue d'une sorte de sensualité dans son post-rock, grâce notamment au chant de Daniel Burton, donnant une composante humaine à cette musique traditionnellement plus orientée vers la métaphore du matériau brut et de l'élément naturel (genre eau-terre-feu). C'est également la voix de cet homme, aidée par une utilisation récurrente de l'écho, qui explique l'évolution du groupe vers des climats plus vaporeux. Ce gaz vient d'un être ayant quitté son enveloppe corporelle, flottant tel un ange au dessus d'un monde désormais lointain et ayant l'air de nous dire : "tout est tellement plus beau là haut." On le suit sans hésitation. C'est en réalité tout le groupe qui semble s'éloigner à mesure que l'on entre dans l'atmosphère feutrée de ce disque, créant une agréable distance étrangement familière et reposante.

Sur "Centralia" et "Autumn Wake", la guitare acoustique donne une dimension assez pastorale à ces morceaux dont la délicatesse est magnifiquement accentuée par un violon et un violoncelle, prouvant de manière flagrante que c'est définitivement dans cet exercice, requérant une douceur extrême, que les Early Day Miners excellent.
Ces Américains se repaissent des grands espaces dépouillés où un vent souffle en continu sans rencontrer le moindre obstacle, ce que "A Common Wealth" illustre parfaitement pendant 17 minutes s'enroulant autour de notre cerveau telles des volutes de fumée.

Fred

Centralia
Santa Carolina
Offshore
Silvergate
Summer Ends
Autumn Wake
Light In August
A Common Wealth















Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» toutes les interviews