Edwyn Collins, spectacle familial

21/11/2010, par | Concerts |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

Il y a deux ans et demi, dans cette même salle du Nouveau Casino, nous n'étions pas très nombreux pour saluer le retour scénique d'Edwyn Collins après la double hémorragie cérébrale qui avait failli lui coûter la vie. Ce soir du 17 novembre 2010, nous sommes un peu plus, peut-être parce que le nouvel album de l'Ecossais, le vigoureux "Losing Sleep", a bénéficié de davantage de promotion. Le public semble surtout composé de fans de la première heure (l'époque Orange Juice, donc), du genre à connaître toutes les paroles par coeur... Après la première partie sympathique des Kinbeats (un jeune groupe allemand au son très sixties, dont Edwyn a produit le disque), on fait un petit tour au merchandising tenu par le fiston Collins, William, grand rouquin plein d'allant qui se confondra en excuses pour les dix centimes manquant à la monnaie qu'il doit nous rendre... Grace Maxwell, femme et manageuse d'Edwyn, n'est évidemment pas loin. Vers 21 h 15, les musiciens montent sur scène, suivis par Edwyn qui s'aide d'une canne. Pas de Roddy Frame cette fois-ci, mais quand même quelques valeureux vétérans (Paul Cook, l'ex-batteur des Sex Pistols, Boz Borrer qui collabora avec Morrissey dans les 90's...) côtoyant un guitariste et un bassiste qui pourraient sans doute être leurs enfants. Cinq musiciens, et une collection de coupes de cheveux qui résument idéalement 50 ans de rock anglais. Edwyn reste assis sur un flightcase comme en 2008, sa main droite fermée lui interdisant de jouer de la guitare ; il ne se lèvera que pour "A Girl Like You", juste avant le rappel. Hormis les nouveau morceaux, la setlist n'a pas beaucoup changé, mêlant des classiques d'Orange Juice comme "Falling and Laughing", "Consolation Prize", "Rip It Up", et des morceaux extraits de ses albums solo, "Wheels of Love", "Make Me Feel Again"... Même un peu diminué, Collins reste un sacré chanteur, et son groupe, précis, mordant et à l'évidence heureux d'être là, est totalement à son service. Les deux jeunots prennent même le micro pour remplacer les invités de marque présents sur "Losing Sleep" (Johnny Marr, des membres de Franz Ferdinand, des Cribs, des Magic Numbers...), et sur l'excellent "In Your Eyes", c'est William lui-même qui tente de chanter aussi faux que le chanteur de The Drums. Gorgeous gig !

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» toutes les interviews