Eps en bref : Radiator, Cliché, King, The Portalis

29/06/2016, par | Singles en bref |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

Radiator - Death Visions

Radiator - Death Visions

L’écurie basque Moï Moï ne se contente pas d’organiser chaque année l’excellent festival Baleapop, mais produit aussi des disques. Radiator est le croisement du batteur de Polygorn (du label basque donc) et de Botibol, et le rendu est à l’exacte croisée des univers des deux musiciens. Le terrain d’entente est un rock slacker, avec juste ce qu’il faut de distorsion et de guitare grasse pour rappeler qu’on peut faire des mélodies accrocheuses l’air de ne pas y toucher (“Try Not to Be”, “Tchuquee”). Radiator tiendra chaud tout l’été à ses auditeurs, et même au-delà.

Acheter sur Bandcamp

 

 Cliché - Carré magique EP

 Cliché - Carré magique

Les Bordelais de Cliché avaient touché au but avec un premier EP convaincant (que j’avais plus apprécié que mon collègue pour ma part), et les voilà qui remettent le couvert avec quatre nouveaux titres. Pas de doute : la plume reste toujours agile chez Cliché, et “Carré magique” est une superbe chanson pop pour ouvrir l’EP, juste mélodique comme il faut, dansante à souhait sans sacrifier aucune idée mélodique. Les textes ont toujours plusieurs niveaux de lecture, parfois évoquant la bagatelle mais pas que. On est “Tout ouïe” à l’écoute de ces morceaux, ceux d’un groupe tout sauf “Immobile” et à écouter “Sans arrêt”. Pas de doute, ça tourne rond pour Cliché, comme le rappelle ce “Carré magique”.

Acheter sur Bandcamp

 

King - One

KING - One

Le projet KinG, porté par Alexandre Maillard depuis 2011, l’éloigne de son rôle de musicien pour Micky Green ou autres Hollisyz. Ici, il est question d’un blues profond, d’un son massif qui ouvrirait grande la porte à Wovenhand : la volonté de créer une atmosphère est perceptible, et le soin apporté à la production contribue à mettre en valeur la voix puissante du Français et l’épaisseur donnée à la guitare ou l’orgue. KinG : le nom est bien trouvé quand il s’agit de signer un morceau menaçant à souhait (“The Bright Words”), porter le fer là où ça fait mal (“Shotgun”, d’une puissance sourde formidable, “Kings and Lovers”) ou hausser le rythme (“Every Other Night”). Bref, il y a tout pour aller prendre place sur le trône de fer : vive le King !

Acheter sur le site du label

 

The Portalis - EP

The Portalis - EP

Ce groupe vient se positionner directement sur le terrain de jeu d’une électro-pop qui s’assume à tous les titres : il y a un peu de grandiloquence, une énergie un peu folle qui vient dynamiter ces trois morceaux de The Portalis. Pourtant, il serait bien dommage de ne pas leur accorder une efficacité similaire à celle qui électrisait les premiers titres des Klaxons ou M83. “Miracle Sun”, joué à fond, et le très bien calibré “Tianjin” fonctionnent ainsi un peu mieux que “Breath”, qui aussi ouvre d’autres possibilités pour le groupe. Affaire à suivre...

Site officiel

 

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» toutes les interviews