Expériences - The Ivytree / Chris Smith et Konono No 1/ The Dead C, Poney Club, Room 204

04/05/2005, par | Albums en bref |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

fat_cat_seriesTHE IVYTREE / CHRIS SMITH et KONONO No1 / THE DEAD C - Fat Cat Split Series vol. 17 & 18
(Fat Cat / Pias)

Connu pour publier en Europe les albums à succès des Islandais de Sigur Rós, le label anglais Fat Cat met en pratique avec sa Split 12'' Series trois principes fondateurs du rock indépendant : le split-single, la collection et le vinyle. Encore qu'il ne soit pas vraiment question de rock au sens strict ici, mais de musiques plus ou moins expérimentales qui n'entretiennent que de lointains rapports avec lui.

Démonstration avec les volumes 17 et 18, parus en maxis vinyle, et qu'on a reçus réunis sur un CD pour d'évidentes raisons pratiques et promotionnelles. Passons assez vite sur Chris Smith (vol. 17) et The Dead C (vol. 18). Le premier est un Australien qui empile les couches de guitare et d'autres instruments indiscernables, souvent jusqu'à la saturation. Entre Glenn Branca et les dérives les plus ardues de Flying Saucer Attack, soit aux confins de la musique et du bruit : pour les amateurs. Les seconds sont des Néo-Zélandais de Dunedin, actifs depuis 1987 - ce qui, avouons-le, nous avait échappé, malgré les louanges de Thurston Moore et un maxi partagé avec Sebadoh. Eux pratiquent un rock brut, noyé sous le fuzz et la disto, tellement mal enregistré qu'à côté, les premiers 45t du label Flying Nun passeraient presque pour du Steely Dan... A noter que leur face s'ouvre par cinq "locked grooves" (sillons fermés) qui n'ont évidemment pu être reproduits sur le CD, format décidément trop lisse.
Les faces A sont nettement plus intéressantes (et audibles). The Ivytree est le projet solo d'un certain Glenn Donaldson, de San Francisco, apparemment très actif dans l'underground folk. On n'est pas très loin ici des univers bucoliques, rustiques et un brin mystiques de Devendra Banhart ou d'Iron & Wine : voix douce, guitare acoustique en picking, production limitée à l'essentiel (mais riche en sons "naturels", captés hors du studio). Les cinq morceaux sont plutôt concis, sauf le troisième "In Meadows", longue dérive psychédélique. Une belle découverte qui donne envie d'explorer plus avant la discographie plus ou moins trouvable de Glenn Donaldson.

Changement total d'ambiance avec Konono No 1, sans doute la formation la plus surprenante des quatre. Et la plus ancienne, puisque ces musiciens de la République démocratique du Congo (ex-Zaïre) ont commencé à faire de la musique il y a un quart de siècle. Quand ils ont quitté la campagne pour la ville, ils ont dû électrifier artisanalement leurs instruments pour se faire entendre : c'est comme ça qu'est né leur son unique, sorte d'afro-beat les doigts dans la prise, qui fascine quelques "avant-rockers" occidentaux (dont les Hollandais de The Ex, qui les ont invités à jouer avec eux aux Pays-Bas). Chez nous, on parlerait de "lo-fi", mais si les Konono en font, c'est comme Monsieur Jourdain de la prose... Les likembés (ou "pianos à pouce") sont ainsi équipés de micros bricolés à partir d'alternateurs de voiture, les percussions intègrent des matériaux de récupération (comme chez Einstürzende Neubauten !), ils chantent dans des mégaphones et jouent devant un mur de baffles, créant d'étonnantes distorsions. De ces contraintes naît une musique hypnotique, d'une puissance rare, porteuse de toute la révolte du peuple zaïrois. A noter que les deux morceaux figurent également sur l'album "Congotronics" paru chez Crammed, premier volume d'une collection consacrée aux musiques "tradi-modernes" de RDC. On attend la suite avec impatience.

PONEY CLUB - Gusty Winds ExistPONEY CLUB - Gusty Winds Exist
(Noise Digger / Chronowax)

Poney Club est un quatuor mixte (deux filles, deux garçons) d'Orléans, formé en 2001. "Gusty Winds Exist" est leur premier album, après un 6-titres enregistré en 2002. L'instrumentation est riche - guitare, basse, batterie, violoncelle, claviers, trombone... -, permettant de varier les ambiances. De ces trois quarts d'heure de musique, les voix sont quasiment absentes ; le groupe a le mérite de fuir tout formatage pop, rock ou chanson, quitte à offrir peu de repères mélodiques et rythmiques à l'auditeur. Même s'ils sont dans l'ensemble plus courts que ceux des groupes dont Poney Club se réclame (Do Make Say Think, Explosions In The Sky...), les morceaux sont plutôt complexes, s'articulant presque toujours en plusieurs mouvements. On peut ainsi passer d'accords plaqués à la guitare saturée, très post-hardcore, à une mélodie gentillette (au violoncelle, reprise ensuite au clavier) semblant tout droit sortie du "TNT" de Tortoise. Certains passages sont plutôt ambient, d'autres louchent vers une musique de chambre moderne façon Rachel's, le groupe ne sombrant jamais dans des excès bruitistes mal maîtrisés. "Shaïla", le seul morceau chanté (fort bien, d'ailleurs), rappelle un peu les ambiances diaphanes de David Sylvian - toutes proportions gardées. Si la prise de son ne rend pas vraiment justice à la qualité des compositions (la batterie et le violoncelle, notamment, manquent un peu d'éclat), ce "Dusty Winds Exist" aux belles ambitions est plutôt encourageant.

ROOM 204 - Trans PandaROOM 204 - Trans Panda
(Effervescence / La Baleine)

Room 204 est un duo guitare/batterie (avec parfois une basse additionnelle) donnant dans une sorte de post-hardcore instrumental inspiré de Slint et consorts. Alternant comme il se doit relatives accalmies et poussées de fièvre, accords mineurs, breaks et batterie en pilonnage automatique, "Trans Panda" ne cherche pas à accaparer abusivement l'auditeur (neuf morceaux en 25 minutes). Le disque se laisse écouter pour peu qu'on goûte ce genre de tatapoum cérébral - assez brut et brutal, quand même -, mais ne transcende guère ses limitations stylistiques. Pas mal dans son (micro-)genre, donc. Le meilleur reste la pochette, où deux pandas en pâte à modeler prennent des poses franchement rock'n'roll. Ça change du WWF.

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog