Eyes Adrift - Eyes Adrift

29/01/2003, par Jean-Christophe Mauger | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

EYES ADRIFT - Eyes Adrift
(Cooking vinyl/Naive)

EYES ADRIFT - Eyes AdriftSi au sein de Nirvana Kurt Cobain était le nihiliste lunaire et Dave Grohl le musicien affuté, Kris Novoselic tenait pour sa part le rôle du brave type un peu à côté de ses Converse, grand échalas effilé comme un second couteau, avec sa basse sur les genoux et sa dégaine de Charles Manson pacifique. Au-delà de ces archétypes, l'aventure inouïe que traversa le bassiste il y a dix ans, si elle lui permit de transcender ses propres limites créatrices, le laissa bien dépourvu quand un coup de fusil la stoppa brutalement. Comme un ancien international de foot qui, l'âge venant, va traîner ses vieilles jambes sur les terrains boueux et mal éclairés du championnat de troisième division, Novoselic s'est, après l'épisode parodique Sweet 75, sagement replié sur des vieux potes (Curt Kirkwood, son alter ego des Meat Puppets) et des vieux pots dans lesquels il n'est pas certain que soient réellement mitonnées les meilleures soupes. Ce premier album d'Eyes adrift est cependant loin d'être aussi mauvais qu'on va bientôt le lire dans la bonne presse, il représente seulement le potentiel limité d'un trio qui n'a de super-groupe que l'odeur et certainement pas le goût. Tout au plus pourrait-on reprocher à Novoselic et Kirkwood de ne pas avoir ligoté et enfermé le producteur de la chose, qui leur a concocté un son lisse et poli comme un galet de rivière corse, cadenassant ainsi une énergie que les membres du groupe sont pourtant arrivés à conserver. Quand cette énergie contenue est enfin expectorée, cela donne des titres qui décollent enfin comme "Alaska", réchauffé par une très belle partie de basse, ou l'excellent dernier titre "What I said" (en fait c'est l'avant-dernier mais vous pouvez shunter le dernier, une jam d'un quart d'heure intitulée "Pasted", c'est atroce à en donner mal à la tête). Pour le reste, il vaut mieux voir Eyes adrift sur scène, d'abord parce qu'ils y sont bien meilleurs (et qu'ils n'y jouent pas "Pasted"), ensuite parce que leur label va bientôt y distribuer gratuitement des exemplaires de ce disque - un conseil que je leur donne s'ils veulent lui garantir un rapide écoulement.

JC

Sleight of hand
Alaska
Inquiring minds
Untried
Blind me
Dottie Dawn & Julie Jewel
Solid
Pyramids
Telescope
Slow race
What I said
Pasted (cité uniquement par souci d'exhaustivité).

Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals