Fanfarlo, en fanfare

23/01/2010, par | Concerts |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

C'est sur la foi de chroniques élogieuses (dont celle de POPnews), et sans vraiment connaître leur musique, que je suis allé écouter les Anglais de Fanfarlo, jeudi soir à la Maroquinerie, dans le cadre du Inrocks Indie Club. Les précédaient sur scène My Girlfriend Is Better Than Yours, projet d'Olivier Marguerit (Syd Matters, Los Chicros...), que j'ai malheureusement raté, et le Néo-Zélandais Lawrence Arabia accompagné de son groupe - folk-rock sympathique à défaut d'être inoubliable. Si ces derniers arboraient une belle collection de barbes (toujours tendance, apparemment), chez Fanfarlo, on serait plutôt adepte de la moustache - pour les hommes. Look complété par des chemises pastel boutonnées jusqu'en haut et quelques paires de bretelles... Pas sûr qu'ils arrivent à lancer une mode vestimentaire, mais pour ce qui est de leur musique, le groupe formé en 2006, qui a donné ces dernières années une poignée de concerts à Paris, semble avoir déjà quelques fans inconditionnels. Un succès d'estime qui, signe des temps, est jusqu'ici plus passé par les blogs et le bouche-à-oreille que par un plan promo et un matraquage médiatique - Fanfarlo, sans label, ayant autoproduit son album "Reservoir" paru début 2009. Si leurs chansons rappellent celles de beaucoup d'autres groupes (Arcade Fire, Beirut, Clap Your Hands Say Yeah, les Talking Heads de "Little Creatures"), les Londoniens (avec chanteur suédois) ont suffisamment de personnalité pour ne pas passer pour de simples suiveurs. Ce n'est peut-être pas le groupe le plus charismatique du monde, mais leur plaisir à être sur scène est palpable. Leur son, chaleureux et à dominante acoustique, est particulièrement riche : aux très présents violon et trompette s'ajoutent selon les morceaux glockenspiel, mandoline, clarinette, melodica et diverses percussions. Tirés pour la plupart de l'album (certains étaient toutefois plus anciens), les morceaux séduisent par leur clarté mélodique et la beauté de leurs arrangements. Rien de révolutionnaire, sans doute, mais une bien belle découverte qui donne envie de connaître la suite.

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» toutes les interviews