Festival International de la Chanson de Granby, du 11/09 au 15/09

21/09/2012, par | Festivals |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

Samedi 15 septembre

C'est le jour de la finale du concours, et c'est sans doute un gros moment de tension pour les candidats, qui sont six cette année (quatre seulement l'an passé). La réception à la mairie nous met en condition avant de nous rendre du côté du Palace, le théâtre qui accueille l'évènement.

Après une petite introduction par la chef de cérémonie, dispensable, voilà la première candidate, Marjorie Fiset. Comme toutes les autres, elle a 20 minutes pour convaincre avec son groupe, mais il manque plusieurs choses à ses chansons : un brin de folie, un brin d'audace. Pour cette jeune femme passée par le jazz, l'étincelle n'est pas là. Elle ne le sera pas chez moi pour Geneviève Morissette, mais le public rentre vite dans l'univers un peu loufoque de cette chanteuse qui a su doser sa setlist comme il faut. Gros applaudissements dans la salle, je la pressens gagnante quand elle a fini (car il y a un vote, auquel mes compères et moi participons), même si je ne suis pas trop séduit.

Geneviève Morissette

La suite, c'est du hip-hop, avec Rod le Stod. Costume trois pièces pour Rod et son acolyte (qui le tombera pour le dernier morceau), le premier morceau fonctionne à plein régime, avec un bon flow sur une musique bien calibrée. Entre les morceaux, le Québécois fait son speech, parle de son parcours (études réussies) et glisse sur le troisième morceau un discours un peu tendancieux (au travers de mes yeux et oreilles d'Européen) sur la menace qui pèse sur le français au Québec dûe à l'immigration. Bon, je n'ai pas toutes les clés en main pour saisir le vrai sens des paroles. Mais au-delà de cet aspect, la réussite est là : c'est bien fait, le public est à bloc, malgré un manque d'originalité.

Rod le Stod

Le quatuor qui suit s'appelle Les Gourmandes, quatre jeunes femmes qui chantent a capella, voilà qui n'est pas banal. Il faut bien leur reconnaître fraîcheur et francs sourires, avec quelques passages plutôt sympas. Pas forcément renversant dans ses textes, le groupe joue sur d'autres éléments : un côté enjoué, un numéro bien rôdé, une formule qui utilise toutes les possibilités du corps pour chanter et faire des sons.

Mon coup de coeur de la soirée pour Pandaleon, trois frères. Une batterie, une guitare et un chanteur au clavier : je suis chez moi. C'est plutôt pas mal du tout, avec quelques belles structures, surtout quand le trio reste à base clavier-guitare (et non 2 guitares), des passages nerveux à la guitare électrique, un chant somme toute pas mal. La surprise vient d'eux, et je suis plutôt sous le charme !

Pandaléon

Et ce n'est pas l'ultime concurrente, Rosie Valland, qui change la donne pour moi.

Après avoir voté (donc pour Pandaléon, sans espoir de les voir triompher), c'est la grande suite de prix divers et variés qui sont distribués. Toute le monde ou presque est servi, mais le grand prix revient à Rod le Stod, qui sera donc accompagné pendant deux ans dans le développement de sa carrière. Radio Radio et Chloé Lacan ont quant à eux assuré l'animation de la soirée, qui se termine donc sur une note très positive, avec une salle pleine et ravie.

Le bilan de ce festival aussi chaleureux que les gens qui l'organisent est une fois de plus très positif. De belles découvertes, ce qui est le but, des styles variés autour d'un même thème, la langue française qui est si chère à nos amis québécois. Granby, ça fait 44 ans que ça dure, et ce n'est certainement pas près de s'arrêter, à voir l'enthousiasme qui y est déployé, l'envie de ceux qui y jouent et l'ouverture que pratique le festival. Vivement les 45 ans tiens !

Merci à toute l'organisation, absolument formidable. Et à Pierre Fortier, qui a toujours le sourire, même en période de stress.

Et un grand merci à Patricia, super organisatrice, coordinatrice et le reste aussi.

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews