Benicassim - Festival 2004

25/08/2004, par Jean-Charles Dufeu | Festivals |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

FESTIVAL DE BENICASSIM 2004

Dimanche 8 août


La dernière soirée de concerts du festival débute avec une catastrophe. Alors que les spectateurs attendent depuis vingt bonnes minutes l'entrée sur scène du nouveau Love, prévue à 20h, un Arthur Lee titubant s'avance vers le micro et émet quelques phrases incompréhensibles sur la mort de Ray Charles. Il est interrompu par son groupe qui commence à jouer "Alone Again Or". Malgré tous les efforts de camouflage entrepris par ce dernier, Arthur Lee n'est absolument pas en état de jouer et les gâche tous, en chantant en décalage ou en oubliant la moitié des paroles. On préfère donc quitter les lieux après le premier titre, non sans un pincement au cœur au milieu des sifflements et des cris de colère du public. La deuxième grosse déception après l'annulation de Morrissey. On trouvera le réconfort du côté des vétérans malgré tout. Les anglais de Wire n'ont sans doute pas la même touche qu'il y a 25 ans. Ils parviennent cependant à animer le parterre des festivaliers venu les écouter, à l'aide de compositions qui, jouées avec l'électricité rageuse (et souvent indigeste) des dernières années, retrouvent l'esprit sec, précis et nerveux des premières. On est un peu sceptique au début et on se laisse petit à petit dérider par cette énergie bestiale. Juste avant de céder aux pogos, on rejoint quand même la Escenario Verde pour la fin du set de Brian Wilson. De la pop bien léchée, mignonne et surtout bien pop. Brian Wilson a pris du ventre et n'est pas franchement une bête de scène, mais il parvient à faire danser des milliers de personnes en même temps, surtout lorsqu'il s'attaque aux vieux tubes des Beach Boys, qu'il joue sans compter en rappel. C'est donc avec le sourire qu'on quitte momentanément la grande scène, pour la retrouver quelques minutes plus tard. On y attend "l'autre" groupe écossais de la programmation, et on les attend même vraiment au tournant ces blanc-becs arrogants de Franz Ferdinand aperçus plus tôt lors d'une conférence de presse. Mais leur concert se révèle très vite être la bonne surprise du festival et l'on est forcé de reconnaître les qualités indéniables du quartet. L'enthousiasme du groupe est communicatif. Dans la foule, les gens, adeptes ou non, sont sous le charme (certains dansent encore d'ailleurs). Sur scène le duo formé par le chanteur et le guitariste fonctionne à merveille ; leur complicité et la satisfaction de jouer devant un public aussi large sont suintantes. La prestation fait vraiment plaisir à voir et on l'écoute sans le bouder. Rien à dire. Malheureusement c'est presque le même commentaire qui s'impose pour le concert de Lambchop sur la Kane NYC FIB Club. Le groupe de Kurt Wagner n'a rien à se reprocher. Mais l'étincelle qui peut jaillir sur disque ne se manifeste pas sur scène. Le groupe enchaîne des titres très calmes à la Lambchop avec des morceaux plus énergiques à la Lambchop aussi. Mais le concert ne retient pas l'attention (pas la mienne en tout cas) malgré les tentatives du pianiste, qui pourtant raconte des blagues racoleuses et de mauvais goût sur le président Bush. Bizarre. Quasiment endormi avant le début du concert de Spiritualized, on reprend momentanément du poil de la bête lorsque celui-ci commence. Beaucoup plus rock que sur les albums le son de Spiritualized perd en originalité ce qu'il gagne en puissance. Mais le set évolue petit à petit, renoue vers la fin avec l'identité musicale du groupe et conclue donc en beauté. Dernier vraie formation rock sur la Escenario Verde (avant les beats consensuels des Chemical Brothers), les Dandy Warhols font une excellente impression en prenant le public à contre-pied, lui qui attendait plutôt des versions du dernier album. Classique mais incisive, la prestation est simple et directe, le style binaire mais radical. Les chansons sont bonnes. Et c'est déjà beaucoup.

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals