Fiel Garvie - Caught Laughing

05/10/2006, par Marc Schmit | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

FIEL GARVIE - Caught Laughing
(Words on Music / Rock Revolution Records) [site] - acheter ce disque

FIEL GARVIE - Caught LaughingIl y a parfois comme ça des disques à propos desquels on se tâte sans trop savoir si c'est du lard ou du cochon. Tel ce "Caught Laughing", un jour charmant, agaçant le lendemain.
Globalement, il pourrait être considéré comme un énième avatar de pop anglaise gentillette et ce serait plus simple comme ça. Mais Fiel Garvie fait preuve aussi dans le genre d'un style assez distinctif, façonnant ainsi sa personnalité, mais engendrant aussi ses propres défauts. A savoir un rythme plutôt ralenti et un peu raide, et des choix d'instrumentations souvent naïves, qui créent une ambiance parfois brinquebalante, accentuée par le chant d'Anne Reekie, difficile à qualifier, un poil haché et emprunté, à la fois enfantin et acide, en tout cas atypique dans cette catégorie.
Toutes choses pas forcément mauvaises a priori. A posteriori non plus d'ailleurs. Sauf que l'on flirte parfois dangereusement avec les limites. Par exemple, celle qui sépare la candeur de bon aloi du simplet gnangnan (les synthés baloche sur la pourtant jolie mélodie de "Special Rate"). De même lorsque le mid-tempo se met par moment à friser le souffreteux (certains passages sur "Estimate", "Daylight" ou "Shy Away", qui démarre étrangement comme un "Like a Virgin" sous Tranxene).
Pour autant, le résultat est autrement plus convaincant lorsque le groupe trouve une certaine dynamique et de la fluidité. Le single "The Palace Lights" est le plus représentatif de cette facette, avec sa ligne de guitare qui trottine avant de rencontrer un motif électro rebondissant et élastique, pour monter (enfin) un peu dans les tours dans une conclusion plus noisy. De même pour le final de "All of You", comme si quelques rounds d'échauffement étaient nécessaires au groupe pour se lâcher un peu.
Dans une autre veine, "Air Song", montre également qu'il n'est pas indispensable non plus de rechercher l'accélération, et qu'il est possible de trouver d'autres planches de salut, en restant concentré et rigoureux sur une mélodie délicatement mélancolique.
Reste au final un goût de "pas mal mais peut mieux faire". De quoi donner le sentiment qu'il y aurait de quoi pour que la mayonnaise prenne totalement, mais reste à soigner quelques coupables chutes de tension.

Marc Schmit

Special Rate
Estimate
The Palace Lights
Daylight
Airsong
Shy Away
All of You
Off and on Again
We Wish


Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog