Forever Young Marble Giants

29/10/2007, par | Concerts |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

Evidemment, on pourrait difficilement dire du mal d'un festival dont POPnews était partenaire... Mais on ne peut de toute façon dire que du bien de la 3e édition de BB Mix, qui s'est achevée hier à Boulogne-Billancourt. Franchement, quel autre festival propose une vingtaine de concerts, dans des conditions optimales, pour zéro euro ? On se doit aussi de saluer la programmation particulièrement défricheuse, les organisateurs ayant visiblement voulu nous faire partager des coups de coeur plutôt que d'aligner des groupes à la mode (peut-être trop chers, de toute façon). D'où sans doute la camaraderie et le respect mutuel régnant entre la plupart des artistes, loin de tout esprit de compétition. Si l'on a particulièrement apprécié les prestations des percutants Fujiya & Miyagi (de plus en plus à l'aise sur scène, même devant des spectateurs assis), Pram (un ambitieux show multimédia), Illease (véritable femme-orchestre débordante de bonne humeur), Dirty Projectors (musique très déconstruite et pourtant accessible), Deerhoof (idem, mais encore plus fou) et Serafina Steer (chanteuse-harpiste qui n'a rien d'une sous-Joanna Newsom britannique), le concert le plus touchant fut bien sûr celui des Young Marble Giants, qui clôturait le dernier jour du BB Mix. {{20071110190740_dsc_0012-1.jpg}} Plus de vingt-sept ans après leur passage aux Bains-Douches (diffusé en direct par Bernard Lenoir dans "Feedback"), Alison Statton et les frères Moxham (Stuart à la guitare, Phil à la basse et en bonus Andrew à la batterie électronique) revenaient en France pour jouer une poignée de chansons uniques, sublimes, et devenues depuis totalement mythiques. C'est peu dire que leur son, leurs mélodies et leurs textes n'ont pas pris une ride. Le concert fut suivi par une rencontre avec les quatre musiciens, qui permit d'apprécier leur humour et leur simplicité, et aussi d'apprendre qu'ils préparaient... un second album (pas sûr qu'il faille forcément s'en réjouir, mais vu les emplois du temps bien chargés de chacun, pas sûr non plus qu'il voie le jour prochainement). De quoi rappeler que, loin des clips bourrés de bling-bling et des inquiétudes (légitimes) sur l'avenir de l'industrie du disque, la musique peut aussi être une chose simple - de coeur à coeur.

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog