Frida Hyvönen - Interview

17/10/2012, par Luc Taramini | Interviews |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

Frida Hyvönen01

Elle vient du nord de la Suède, balance des mélodies amples et des mots crus. Sous ses airs de diva un peu fofolle, Frida Hyvönen est une vraie pudique qui a trouvé dans la musique une liberté d'expression précieuse. A l'occasion de la sortie de son nouvel album "To the Soul", elle a accepté de se dévoiler un peu plus.

TOI ET LE PIANO

J'ai l'habitude de jouer sur différents types de pianos quand je suis en concert. Au début, c'étaient souvent sur des pianos droits, ensuite, je suis allée vers des pianos à queue.A la maison j'ai un piano droit Yamaha U1 de 1983 et un Blüthner demi-queue de 1916. Je compose au piano et m'accompagne en chantant. J'ai appris le piano à l'école et à la maison. Avec mon père, on jouait à quatre mains en chantant des chansons ensemble. Sur "To the Soul" que j'ai enregistrée au studio Benny Andersson's (Abba) de Stockholm, je joue à la fois sur un Steinway à queue et sur un petit piano droit avec un son plus sec.

 

TOI ET PARIS

Tu as vécu à Paris, pourquoi ?

J'ai besoin de changer d'endroits et Paris me semblait intéressant à ce moment-là… J'y ai vécu un an et demi tout en enregistrant mon album à Stockholm à la même période, ce qui a occasionné beaucoup de va-et-vient.

 

TOI ET LA SUÈDE

Quel est l'endroit qui compte le plus pour toi en Suède ?

Cet endroit c'est ma maison. Là-bas c'est chez moi. Une maison des années 30 que j'ai achetée il y a 5 ans et qui est probablement le plus beau cadeau que je me suis fait dans la vie. C'est super de posséder sa propre maison, d'avoir de l'espace, de se sentir libre et de pouvoir profiter du calme. Comme je voyage beaucoup, je loue souvent des appartements à droite et à gauche mais je finis toujours par revenir dans ma maison.

 Frida Hyvönen03

TOI ET FRIDA

Qui est Frida en tant que femme et en tant qu'artiste ?

Je suis une personne perspicace et une aventurière introvertie. J'aime chanter et je suis dotée d'une voix assez polyvalente. J'aime m'entourer de belles choses mais je déteste faire du shopping. Chez les autres, j'apprécie la gentillesse, la chaleur, l'intégrité, l'autonomie, la verve et l'humour. Je rêvasse beaucoup à propos de la nature et du mystère de la vie humaine. Je crois en la joie et aux vertus de la lumière. Quand je travaille avec d'autres musiciens, j'aime qu'ils soient habiles, dévoués, expressifs, sensibles, gentils et pleins d'audace.

 

TOI ET LA MUSIQUE

Quelles sont les chansons qui te touchent le plus ?

Vaste question  !

Pourrais-tu concevoir ta vie sans musique ?

Sans enregistrer de la musique oui.

Sans musique du tout, non. Tant qu'il y aura des hommes, il y aura de la musique.

 

TOI ET TES CHANSONS

Penses-tu être une "storyteller" ?

J'adorerais en être une mais je ne pense pas en avoir le talent. Sur certaines chansons, parfois un peu.

As-tu des rituels pour écrire ?

Plein ! Mais j'essaie de faire en sorte qu'ils ne soient pas trop compliqués pour ne pas me décourager ni gêner le plaisir que me procure l'écriture d'une chanson. Généralement, j'écris mes textes le matin en prenant un bol de thé assise derrière mon bureau ou à mon piano. Si c'est une bonne journée, je travaille jusque dans l'après-midi. Quand je trouve une mélodie, je l'enregistre sur le magnéto à cassette qui se trouve toujours sur mon piano ou sur mon iPhone si je suis en déplacement.

 Frida Hyvönen05

TOI ET "TO THE SOUL"

Pourquoi ce titre un peu elliptique ?

C'est un extrait des paroles de la chanson "Picking Apples" : "Earthling earthling when you die, part of you goes like the fruit on the ground. Part of you live on through memory or blood, but what happens to the soul?"

Ça vient aussi d'une vision que j'ai eue et qu'on retrouve incarnée sur la pochette de l'album : celle d'une personne qui essaie de couper la flamme (l'âme) en deux. Chaque jour elle essaie de séparer le bon et le mauvais qu'il y a en chacun de nous. Mais en vain, la flamme ne se laissera jamais couper en deux.

 

Et cette touche disco/ eighties sur certaines chansons de l'album, d'où vient-elle ?

J'imagine que tu parles de l'emploi des synthétiseurs ? Le vocoder et le moog utilisés sur sur le titre "In Gas Station" me rappelle cette manière de danser un peu raide et heurtée qu'on avait dans les années 80 et aussi l'état d'esprit dans lequel me plongeait l'écoute des albums de Depeche Mode au début des années 90.

Dans "Terribly Dark", la musique illustre les paroles " It gets terribly dark here, it gets so terribly dark". J'essaie littéralement de m'embraser, j'y parviens en faisant une chanson qui sonne très disco / fantasy de manière ouvertement outrée, presque grotesque.

Frida Hyvönen02 

TOI ET LA SCÈNE

Tu t'y sens comment ?

Vivante.

Quand tu montes sur scène, as-tu le sentiment de jouer un rôle ?

Dans mon cas, c'est être moi-même, la part la plus émouvante de moi. C'est comme jouer un jeu où tu es à la fois l'esclave soumis et le tyran. C'est toi le patron car tu fixes les règles. Et tu dois t'y tenir pendant tout le spectacle. La scène t'appartient.

 

Photos : Julien Bourgeois

Merci à Jérémy Platini

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals