F. S. Blumm - Zweite Meer

03/04/2005, par David Larre | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

F. S. BLUMM - Zweite Meer
(Morr Music / La Baleine ) [site] - achetez ce disque

F. S. BLUMM - Zweite MeerDeuxième album chez Morr Music pour Franck Schültge Blumm, qui, avec son "Mondkuchen" de 2001, et ses plus récents disques sur d'autres labels ("Lichten" pour Audiodregs en 2003, "Sesamsamen" pour PLOP en 2004), sans compter les side-projects, avait réussi à prouver une capacité étonnante à varier les formules, à utiliser toute la palette des nombreux instruments dont il joue, à mettre en valeur sa maîtrise des registres offerts par une expérimentation électro plutôt minimale et mélodique (du sériel à la symphonie de poche en passant par l'ambient abstrait et la déclamation littéraire). Une fois les prouesses virtuoses exécutées, les figures de styles dûment accomplies, certains artistes acceptent parfois de lâcher prise et de se concentrer sur les traits les plus simples de leur expression. C'est bien ce qui semble arriver à F.S. Blumm avec ce "Zweite Meer" qui n’en rajoute pas dans la virtuosité, bien au contraire. C’est en effet à partir d’une ligne plus épurée, une synthèse équilibriste et délicate d’electronica, de folk et de percussions mélodiques (xylophone, glockenspiel, etc.) que s’est tissée la trame de ce très beau disque. Chacune des pièces y est construite comme une fragile miniature, avec une ossature de guitare ou de percussions apparente, une direction linéaire, parfois répétitive, à partir de laquelle les motifs - acoustiques, organiques - se développent en un lent mouvement, une itinérance rêveuse et distanciée. Le projet échappe même à la miniaturisation, la compression en boîte à musique, grâce au traitement des sons acoustiques, à l'étirement des notes dans leur écrin de silence, à des échappées belles qui élargissent le champ et suscitent l'émotion (l'usage le plus sage et pertinent qu'on puisse faire d'un accordéon, la respiration des cuivres sur "Blick", la prestation vocale de David Grubbs sur le morceau final, tendre ballade folk et impressionniste). Après cela, les trois quarts des musiques que vous aimez vous sembleront simplement trop bruyantes.

David Larre

Sonn
Wass
Nie
Bitt
Lunten
Blick
Wandel
Fund
Oberer
Nah
Nacchall / Chroma Key

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals