Fuck Buddies - A Storm

25/01/2005, par Jean-Charles Dufeu | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

FUCK BUDDIES - A Storm
(Dead Bees Records) - [site]

FUCK BUDDIES - A StormA Storm s'annonce dans la bio comme un "disque brut, sincère et nu". Et c'est le moins qu'on puisse dire de ces chansons.
Cet aspect brut, l'album le doit avant tout à ses arrangements, ou peut-être plus exactement à l'absence d'arrangements. Une guitare acoustique toute simple, une voix limpide : voilà l'intégralité des instruments. La sincérité découle assez logiquement de cet état de fait. Difficile de mentir avec aussi peu de moyens. Et les textes de Sébastien (leader et seul membre de Fuck Buddies) s'accordent bien à la musique. Ils dévoilent son auteur sans le mettre en valeur, dépeignent une réalité froide sans l'enjoliver. Sébastien, il est vrai, n'a pas l'air d'avoir eu une vie facile et son entourage non plus. Si la violence n'est pas ce qui caractérise le mieux sa musique, elle constitue en revanche un thème récurrent dans les paroles. Une violence âpre, très loin de la complaisance, qui devient le fondement des rapports entre les êtres, dans les relations amoureuses et amicales notamment (si tant est qu'on puisse ici les appeler encore ainsi)... Chacune des chansons est exprimée à fleur de peau, et ressentie de même, ce que l'on doit certainement à l'omniprésence des deux premières personnes, qui endossent tous les personnages malheureux de ces titres. Une phrase dans "Tempestade" résume bien la démarche de Fuck Buddies : "I don't have funny stories to tell, I can't write but I can sing out..." Cette citation est pourtant mensongère dans sa sincérité puisque, pour ce qui est de l'écriture, "A Storm" constitue plutôt un modèle à suivre par tous les aspirants songwriters. Quant au dernier adjectif de la liste, on pourra le concéder évidemment, mais on préférera dire que l'album est décharné, plutôt que nu. S'il n'a que la peau sur les os, celle-ci est faite de mélodies douces et rugueuses à la fois, bonnes mais loin d'être faciles, éthérées à l'extrême sans être creuses, calmes sans être apaisées. Comme si le choix était donné à l'auditeur de se laisser embarquer jusqu'au fond des chansons ou bien de rester à la surface de ce disque d'une tristesse belle et désespérée.

J-Charles Dufeu

I Never Met Your Twin
Sorry For The Lack of Clean Drinking Water
A Collossal Failure
You Gotta Be Kidding
Last Night I Dreamt of Amanda
I Wanna Be A Whale
Ces Bras Gigantesques
Liver
July 24
Tempestade
For The Beautiful Alone

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews