Great Lake Swimmers - Bodies and Minds

19/04/2005, par Jean-Charles Dufeu | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

GREAT LAKE SWIMMERS - Bodies And Minds
(Fargo / Naïve) [site] - achetez ce disque

GREAT LAKE SWIMMERS - Bodies And MindsC'était il y a à peu près un an. Du Canada, un très discret songwriter, savamment dissimulé derrière un pseudonyme collectif, nous faisait part de son premier disque : un chef d'œuvre de folk déprimé, d'une beauté mélancolique glacée, où, derrière l'épure instaurée comme une règle, pointaient quelques merveilles mélodiques d'une rare émotion. Great Lake Swimmers était une apparition remarquée (ou pour le moins très remarquable) en cette année 2004, pourtant riche en jeunes gens férus de folk et en Canadiens talentueux (et parfois même les deux en même temps).
Depuis un an, Tony Dekker, le songwriter en question, a beaucoup tourné, vendu quelques disques (sans doute en quantité très raisonnable, mais certainement beaucoup plus qu'il n'aurait jamais imaginé), et a toujours été accueilli par une presse élogieuse et un public charmé. On comprend donc que son deuxième album, sans être évidemment enjoué, soit moins systématiquement dépressif que ne l'était le premier. Garçon de nature très introvertie, Tony Dekker s'est ouvert doucement sur ce disque à une musique plus épanouie, à plus de fantaisies (qui, à l'image de leur auteur, sont cependant très discrètes)... Si les morceaux du premier album étaient ancrés dans un schéma très strict guitare/voix, résolument folk, certains titres de "Bodies and Minds", dont la chanson éponyme, lorgnent parfois vers une muisque plus pop, plus aérée, plus légère, moins solennelle. Certes, la voix, céleste, du chanteur n'a rien perdu de sa force émotionnelle et maintient un degré de gravité constant sur l'ensemble du disque, mais les compositions elles-mêmes peuvent avoir, sur "Falling Into the Sky", marquée par des chœurs apaisés, ou "Long Into The Evening" par exemple un ton inattendu, moins triste tout simplement que ce à quoi on pouvait s'attendre. Certains, de ce fait, reprocheront peut-être à "Bodies and Minds" d'être moins radical que son prédécesseur. Mais ce parti pris permet plus de variété, donne plus de champ au songwriting hors pair de Tony Dekker. Il fait d'ailleurs mouche à plusieurs reprises, sur "To Leave it Behind" notamment, magnifique ballade dont les sept ingrédients magiques sont une voix tombée du ciel et six cordes de guitare. Le talent de notre jeune Canadien se montre en effet d'autant plus indéniable que la formule est simple. Au jeu de l'épure acoustique, Tony Dekker peut difficilement rendre son art perfectible, et l'adresse aux anges en ouverture de disque jette sur l'ensemble de celui-ci un voile de pureté gracieuse, proche du mysticisme, jamais remis en cause. Définitivement, l'un des auteurs les plus poignants de la scène folk actuelle, sans doute même plus que cela.

Jean-Charles Dufeu

Song For The Angels
Let's Trade Skins
When It Flows
Various Stages
Bodies And Minds
To Leave It Behind
Falling Into The Sky
Imaginary Bars
I Saw You In The Wild
I Could Be Nothing
Long Into The Evening

Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals