Gravenhurst, un retour qui fait du bruit

19/07/2007, par | Autre chose |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

Surtout, ne pas se fier à l'allure juvénile, façon Harry Potter, de l'Anglais Nick Talbot : sur scène, l'auteur, compositeur, chanteur et guitariste de Gravenhurst est capable de pousser les potards dans le rouge, lâchant des torrents de lave sonore en une impressionnante catharsis. On s'en était déjà pris plein les oreilles lors d'un précédent concert au Café de la Danse, après la sortie de l'album "Fires in Distant Buildings" ; mardi dernier, à la Maroquinerie où le groupe jouait entre Sébastien Schüller (beau) et Animal Collective (un peu éprouvant mais vraiment fascinant), avec rebelote le lendemain, ce fut plus court mais tout aussi bruyant et intense. Le lendemain après-midi, justement, on retrouvait Nick pour une interview à deux pas de la salle. Loin du garçon tourmenté que ses textes pourraient laisser entrevoir, il s'affichait souriant et confiant, parlant avec humilité et passion de sa musique et de ses groupes préférés, des Pale Saints à Broadcast en passant par les Red House Painters. Le nouvel album de Gravenhurst, "The Western Lands", où les influences folk et noisy se fondent plus harmonieusement que sur les précédents, sortira le 10 septembre prochain. On y reviendra alors plus longuement. En attendant, les anglophones peuvent aller jeter un oeil sur le blog de Nick, et particulièrement sur son récit drolatique de la dernière édition de Glastonbury, qui devrait rester comme l'une des plus boueuses de l'histoire du festival.

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews