Halona King - Halona King

17/09/2012, par Pierre Gourvès | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

Halona King - Halona King

Nous les croyions morts et enterrés (séparés du moins), le duo New Yorkais de Smolder n’en finit plus de renaître de ses cendres, à chaque fois sous une appellation différente. Presque deux ans après leur dernier EP, voici donc Halona King par Halona King, mais pour combien de temps ? Avec cette troisième tentative, le duo a désormais assez de morceaux au compteur pour dépasser son statut de groupe ''myspace'' et a prouvé sa capacité à se renouveler sur la durée.

Le parcours musical de nos compères n’est pas banal : réfugiée dans ses compositions personnelles, la  Nijae Draine avait sorti  de son côté deux EPs de démos (introuvables désormais), alors que les deux premiers EPs  plutôt réussis du groupe avaient révélé des influences nombreuses et incroyablement maîtrisées. Halona King signe le retour à une production de qualité et de son collaborateur Max Hershenow, accompagné d’un mixeur qui semble enfin disposer d’un matériel professionnel. En effet, le changement se fait  entendre dès la toute première seconde d’écoute : le mixage est beaucoup plus propre, plus profond et les morceaux ont perdu leur sonorité un peu plastiques du passé. Chacun des quatre morceaux a fait l’objet d’un travail d’arrangement du plus bel effet, notamment grâce à l’usage judicieux de synthétiseurs et du piano qui apportent une réelle densité aux morceaux.

 Côté genre musical, on reste dans le registre pop. Ce Halona King dispose d'un habillage épuré, très accessible, mais jamais simpliste. La voix puissante de la chanteuse n’est plus noyée derrière un mur d’effets électroniques et il y règne au contraire une harmonie que l’on attendait depuis longtemps. "War Ground" ouvre pourtant l’album de manière un peu trop lourde, avec une batterie omniprésente et un riff piano digne des premiers essais du groupe. C’est "Fictionnal Fix" qui impose clairement l’équilibre pour le reste de l’écoute. Contre toute attente, le refrain et sa ligne mélodique cassée (presque faux), offre une profondeur surprenante au morceau. ''Monster In The Night’’, beaucoup plus lent installe lui une ambiance beaucoup plus soul, qui rappelle ''Postage/Hostage'' ou le morceau sur le second EP de Nijae ‘"She’s In The Cosmos". "Overgrown Hearts" reste au final  le titre le plus accrocheur du disque, peut-être parce que la formule pop y est la mieux appliquée (variations instrumentales pour chaque couplet qui s’enchaîne de manière très naturelle avec le refrain).

Ce Halona King est assurément l’EP le plus abouti du duo à ce jour. Si le groupe a subi quelques contre-temps, le résultat n’en est que toujours meilleur, et  nos new-yorkais sont passés du stade de la démo à celui de premier EP solide. Nous sommes un peu frileux sur le devenir de Halona King,  mais le futur s’annonce plutôt radieux du côté de la Grosse Pomme. La suite se fait déjà attendre.

Vous pouvez télécharger gratuitement Halona King sur le Bandcamp du groupe

Acheter sur Amazon
  1. War Ground
  2. Fictionnal Fix
  3. Monster in the Night
  4. Overgrown Hearts

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals