Hey les bobos, les verts et Hulot ? Boycottez Rolling Stone (et oubliez pas U2)

28/10/2009, par Julian Flacelière | Edito |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

Qui n'a jamais eu envie de gifler Bono ? Personne. Même Bono rêve secrètement de creuser son propre trou, de se placer au bord, de se taper la tronche à coups de pelle et de filer un billet à des gamins pour reboucher la tombe. C'est en gros ce qu'il affirmait dans son bouquin d'entretiens avec Michka Assayas, pas inintéressant par ailleurs, avant d'ajouter, avec une sincérité aussi pathétique que courageuse, que bon, il est trop mégalomaniaque pour le faire sans caméras et sans Dr. Frankenstein pour le ressusciter. Je le croyais intelligent, disons plus que la moyenne, mais à considérer ses propos dans la dernière édition du magazine Rolling Stone, qui revient en long et en large sur la tournée 2009 de la formation irlandaise et ses magnifiques innovations, je me demande si le bonhomme ne serait pas devenu complètement sénile (ou débile ou en plein trip new age, options également envisageables). En gros, même si j'avoue ne pas vraiment avoir capté toutes les ondes positives d'une telle expérience, l'espèce d'araignée géante à 360° qui se rétracte ou je sais pas quoi, permettrait d'unir le monde dans la paix, de changer les mentalités et d'ouvrir sa "propre lumière". Si si. Je doute que des gens capables de payer 150 euros pour un concert aussi prévisible qu'un épisode de Derrick soient capables ne serait-ce que d'aider leur voisin à changer une ampoule.


Bref, quoi qu'il en soit, le plus intéressant est que l'article en question est franchement encore plus dégeulasse que n'importe quelle intervention bidon du Bono et résume à la perfection l'état de fellation permanente d'une partie de la presse nationale devant (je devrais dire en face) les personnalités égomaniaques ou, plus simplement, n'importe quel rassemblement de gogos estampillé "événement planétaire". Ce papier est tellement dénué de tout sens moral, critique, de simple bon sens ou de tout ce que vous voulez, d'une bêtise, d'une hypocrisie tellement inouïe, et pleinement assumée, semble-t-il, qu'il peut contenir sur la même page un propos à la greenpeace via woodstock-peace-love-beatles de Bono et un éloge à peine dissimulé du caractère gigantesque de la tournée. Et le gratte papier de Rolling Stone, dont j'ai oublié le nom, de nous citer les chiffres, puisque bon, hey, plus c'est gros, plus grand est le plaisir, non ? Et évidemment, d'en conclure que bon, U2 est le plus grand groupe de Rock ET donc aussi le meilleur, c'est mathématique. Donc, puisque j'ai du temps à perdre, je vais faire le boulot de l'encarté et rappeler quelques faits à propos du "plus grand rock show de la planète", toujours selon RG. C'est pas que l'écologie me fascine, loin de là (mais je trie les déchets : j'ai jeté tous les disques de Goldmann de ma mère), mais j'adore recouper les chiffres. Donc selon carbonfootprint.com, la tournée de U2, ce n'est pas qu'une extension musicale de Nature & Découvertes ou un racket à grande échelle, c'est aussi : 70 000 miles parcourus en avion, 390 tonnes de structures, des émissions de CO2 s'élevant à 65 000 tonnes, équivalentes à celles de 6500 Anglais sur une période d'un an ou à la consommation d'une ampoule 100 watt pendant 159 000 ans. Pour compenser seulement les 44 shows de 2009, le groupe devra planter 20 118 arbres. Il serait temps de se mettre à l'horticulture, les gars.En voilà une bonne idée de reconversion, et tendance en plus. Vous pourrez toujours en parler au Letterman Show.


Le plus drôle, si on veut, dans l'histoire est qu'il y a fort à parier que toute la clique de donneurs de leçons parisiano-éco-dégradés se retrouveront au concert parisien de U2 dans un peu moins d'un an, histoire d'avoir l'incomparable privilège d'essayer d'aperçevoir quatre homonculus paradant sous un amas de tôles et de regarder ce bô spectacle universaliste le cou tendu vers les écrans géants. Bientôt le fin du branché sera d'aller à un concert planqué derrière son bureau, au chaud, avec une webcam de 5x5 cm à la résolution minable. Ah zut, c'est exactement ce qui s'est passé y a quelques jours avec Youtube. Bon je propose cela à U2 : regarder le concert sur son portable tout en étant dans la foule ! Dans l'article en question, Paul McGuiness, manager du groupe, déclare : "Estimons-nous heureux. ils ne font pas ça en direct de l'espace." Dommage, comme chacun le sait, là-bas, personne ne vous entend chanter.

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» toutes les interviews