The Hidden Cameras - The Smell of Our Own

28/05/2003, par Stéphane Buron | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

THE HIDDEN CAMERAS - The Smell of our Own
(Rough Trade Records / Pias)
[Site]

BERG SANS NIPPLE - Form Of…Autant mettre les points sur les i tout de suite : "The Smell of Our Own" devrait être chez vous à l'origine de l'enthousiasme le plus orgasmique de ces derniers mois, malgré une pochette qui pourrait gagner la palme d'or du mauvais goût 2003. Après s'être morfondu tout l'hiver en écoutant de l'électronica neurasthénique ou du post-rock dépressif, il est temps de se lever, de respirer un bon coup le grand air printanier... sans rougir quand il s'agira de reprendre en choeur les paroles de "Shame" ou de "The Man That I am with My Man"...

Les Hidden Cameras font une drôle de pop pastorale, lyrique, riche sans jamais être indigeste, remplie de mélodies qui me rappellent La petite maison dans la prairie (ne me demandez pas pourquoi), tout ça saupoudré de paroles poilues et poilantes, manifestes gays qui pourraient être repris à leur compte par nos amis de Popingays... A plusieurs reprises, on a comparé le plaisir que pouvait procurer l'écoute de ce groupe de doux dingues canadiens à celui qu'on avait ressenti en écoutant pour les premières fois Belle & Sebastian. Il ne faut pas se méprendre sur la comparaison : la musique des Canadiens ne ressemble guère à celle des Ecossais - même si on y trouve aussi des cuivres étincelants, des renforts de claviers, des théories de guitares acoustiques, des salves de trompettes, des shalala, des xylophones.... ou même si "The Man That I am with my Man" n'est finalement que la version décryptée, crue, nue, "explicite" du sage et allusif "Seeing Other People".

Mais il y a quelque chose en plus chez les Hidden Cameras. C'est sans doute cette gaieté (sans mauvais jeu de mots), cette distance, ce second degré, cette ironie, ces paroles innocemment scatos sur des mélodies faussement sages... C'est aussi un son typiquement nord-américain, une "gay church folk music" qui s'assume et se proclame, une énergie à la fois mâle et délicate à faire peur aux grands-mères (quand même...). Les collégiens de la Langley School sont devenus grands, gays et rigolards.

stéphane

Golden Streams
Ban Marriage
A Miracle
The Animals of Prey
Smells like Happiness
Day is Dawning
Boys of Melody
Shame
Breathe on it
The Man That I am with my Man

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews