V/A - A Houseguest's Wish: Translations of Wire's 'Outdoor Miner'

30/12/2004, par Guillaume Sautereau | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

V/A - A Houseguest's Wish: Translations Of Wire's 'Outdoor Miner'
(Words on Music / Rock Revolution Records)

V/A - A Houseguest's Wish: Translations Of Wire's 'Outdoor Miner'Pour résumer rapidement l'affaire : dix-neuf groupes reprennent une chanson de Wire. Des hommages en forme de disques de reprises, il y en a eu des tonnes, y compris à Wire ("Whore", en 1996), rarement des réussites. Des tributes sur lesquels tous les groupes reprennent le même morceau, moins sans doute. N'empêche, même ça, Wire l'a déjà fait sur "The Drill" en livrant neuf versions différentes de la chanson éponyme.
Là, la chanson, c'est "Outdoor Miner", son évidence pop, sa mélodie insaisissable et obsessive, ses choeurs vaporeux, ses paroles sibyllines et astucieuses, sa production post-punk millésimée 1979. Une p..... de chanson : l'intérêt du tribute fait aussi toute sa difficulté. Comment rendre justice à un tel morceau, dix-neuf fois de suite qui plus est ?
Autant dire que c'est quasi résigné que je débute l'écoute de ce tribute, persuadé que, malgré mon affection pour la version originale du dit séminal morceau, je tiendrai le coup jusqu'à la piste quatre au mieux. Adam Franklin ouvre les hostilités avec une version gentiment country. Agréable surprise de la part du ramoneur en chef des shoegazers tendance lourde de Swervedriver, qui prouve d'emblée qu'on n'aura pas droit qu'à des copies carbones. Au fil des versions, "Outdoor Miner" prend donc des atours très variés, entre west coast et électronica pour Titania, minimaliste pour Sharron Kraus, franchement roots pour Christian Kiefer, punk et potache pour les Allemands de Boy Division, slowcore pour Timonium ou twee pour Laura Watling, tandis que Polar (les Espagnols, pas le Suisse ni les Anglais) a braconné sa version sur les terres de Galaxie 500, pour livrer sans doute la plus belle interprétation du disque avec celle de Above the Orange Trees, folk et apaisée. Deux reprises préexistantes sont déjà repêchées pour l'occasion : cela fait du bien de retrouver le son saturé et cosmique des Flying Saucer Attack, et encore plus de retrouver la version limpide de Lush, qui s'était approprié le titre avec bonheur pour une face B de "For Love". Le label n'oublie bien entendu pas de mettre à l'honneur ses troupes : the Meeting Places et surtout Should s'en tirent bien, Fiel Garvie, plus séduisant d'ordinaire, s'embourbe quelque peu entre Garbage et Curve. Au final, si personne n'arrive réellement à reproduire la magie du morceau originel, "A Houseguest's Wish", bien que condamné d'avance à ne pas être un chef-d'oeuvre par son concept même, réussit à ne pas faire uniquement figure de curiosité. S'il ne faut pas diminuer les mérites des groupes présents, cela tient sans doute aussi beaucoup au caractère malléable et inusable de la chanson de départ, intacte et fraîche comme au premier jour.

Guillaume

Adam Franklin
Titania
Kick On The Floods
Timonium
Polar
Typewriter
Fiel Garvie
Lush
Experimental Aircraft
Above the orange trees
Christian Kiefer
Flying Saucer Attack
Boy Division
Sharron Kraus
The Meeting Places
Laura Watling
Should
The Sems
Junetile

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» toutes les interviews