Hypo & EDH - The Correct Use Of Pets

31/05/2006, par David Dufeu | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

HYPO & EDH - The Correct Use Of Pets
(Active Suspension / Rue Stendhal) [site] - acheter ce disque

HYPO & EDH - - The Correct Use Of PetsOn ne peut pas dire que Hypo & EDH soit un groupe qui développe beaucoup son potentiel commercial : nom obscur (derrière lequel se cachent Anthony "Hypo" Keyeux et Emmanuelle de Héricourt), pochette qui renvoie les défenseurs du kitsch au néo-classicisme, titres obscurs ("La Heim", "Custom Truck") ou débiles ("All My Fingers Are Away", ou le titre de l'album). Seule la présence d'une reprise de Cure ("Lament") peut décemment attirer l'attention de l'auditeur en puissance. Ça fait pas très carré tout ça - comme disait mon adjudant à Mourmelon (sic). Et pourtant, si, les bidouilleries électroniques du duo sont tout ce qu'il y a de plus carré, et même métronomique, la spécialité de Hypo étant l'utilisation de boîtes à rythmes estampillées années 80, avec une sorte d'hommage permanent aux ingénieurs de chez Playskool.
La voix d'EDH accompagne ces bricolages, évoquant une certaine électro orientale récente : cette façon éthérée de se poser sur la musique qui rappelle Tujiko Noriko ou les voix vaporeuses sur les morceaux de Lim Giong. Une voix qui, en tout cas, sait rester discrète ; c'est sans doute le secret de cet album aux contours un peu frustes de dégager une émotion dont on ne sait pas si elle tient plus de la nostalgie années 80 que d'une certaine "nouvelle new wave", entre arty et kitsch. En tout cas cette langueur sous-jacente (que l'on retrouvait régulièrement dans les années 90 chez Aphex Twin ou Quoit, notamment dans les mélodies aux claviers) est bien réelle, et l'on sort des 17 morceaux de "The Correct Use of Pets" avec le sentiment d'avoir satisfait à la fois à une nostalgie pour l'électro de pointe et au défoulement propre à la techno la plus primaire. C'est sans doute tout ce que l'on pourrait reprocher à Hypo et à sa copine Emmanuelle : ce regard rivé au rétroviseur, un œil dans les eighties, l'autre dans les nineties, ne cherche pas ailleurs que dans le mélange des genres - on est en droit d'y voir un certain passéisme, ou bien un refus engagé de sacrifier à l'air du temps.

David Dufeu

Plastic Bag
Naughty Place
La Heim
Holo Holo
Lament
Revex
Routine 66
Glow
The Structure of Reject
Custom Truck
Johnny
All my Fingers Are Away
Manimal
French Chanson
Tromplex
Herlmut Heit
Ouba

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews