I am un chien - Interview

03/07/2009, par Florine | Interviews |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

I AM UN CHIEN

Lorsque vous jouez à New York, à Londres ou en Hongrie devant un public qui vous connaît peu et que vous ne connaissez pas, c'est plutôt angoissant, non ?
DF : C'est un risque... Nous sommes allés à New York à peine un an après avoir commencé. C'était formidable, cette ville est magique. Nous avons grandi avec des influences principalement américaines comme !!! (Chk Chk Chk).
DF : L'approche du public est assez différente de celle du public francais, car il découvre notre musique.
Doug : Aux Etats-Unis, il y a le côté rock et le côté électro, mais pas d'association des deux. Devant notre concert, constitué d'une musique électro avec une prestation scénique rock, le public semble avoir apprécié ce mélange.
DF : À Londres, les gens nous ont vraiment appréciés. Nous avons beaucoup aimé jouer là-bas. Notre style est plus accessible en Angleterre qu'aux États-Unis. On aime les Anglais : ils sont en avance sur tout, quand tu vois que la dance revient là-bas... c'est assez incroyable.

La dance ? Ils sont forts ces Anglais, mais pensez-vous que nous sommes en train d'atteindre un certain paroxysme musicalement parlant ? J'ai l'impression qu'il y a comme une certaine forme de "recyclage" musical depuis plusieurs années, croyez-vous que de nouvelles formes musicales apparaîtront au fil des prochaines années ?
Doug : Oui, je pense que la musique va encore évoluer. Regarde, à l'époque, lorsque les gens entendaient Prodigy ou New Order, ils se disaient qu'ils ne pouvaient pas aller plus loin...
DF : Bon exemple ! Prodigy a plus de vingt ans et je pense qu'en 2030 son premier titre claquera toujours autant.

Quels sont vos projets ? L'album je suppose ?
Doug : D'abord le maxi qui sort à la rentrée, histoire d'avoir un support. L'album viendra lorsque nous serons satisfaits, que nous aurons des morceaux bien terminés.
DF : On a d'abord mis au point nos live, maintenant nous sommes prêts à passer à l'étape du maxi.

Enfin, quelle chose la plus importante devrais-je connaître à propos de I am un Chien ?
DF : La chose la plus importante... Sans Doug, je ne suis rien. (rires)
Doug : Et sans David, je ne suis rien non plus, si on nous sépare, j'arrête tout. (rires)

Propos recueillis par Florine Quesnel
Photos de Florine Quesnel


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews