I'll Write My Own - Demos

21/02/2011, par Jean-Charles Dufeu | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

I'LL WRITE MY OWN - Demos
(Autoproduit) - acheter cette cassette

I'LL WRITE MY OWN - DemosSautons à pieds joints dans un vieux poncif de la critique musicale et affirmons le bien haut et sans complexe : ce disque est un Objet Sonore Non Identifié. Un OSNI quoi. Au premier sens du terme d'abord, en tant qu'objet : une cassette. Oui, oui, c'est sur cassette audio, comme vous en enregistriez dans votre jeunesse, et pas un CD, ni même un vinyle (trop mainstream) que sont censés s'écouter ces quatre morceaux de ce premier EP, pardon, de cette première mixtape. Quant à la musique, si on vous dit qu'un jeune Parisien enregistre tout seul sous le nom d'I'll Write My Own, vous aurez tôt fait de vous imaginer du folk un peu triste contraint par les moyens du bord. Ce n'est pas tout à fait ce qui vous attend ici. Ce qui frappe d'emblée au contraire c'est le débordement, l'énergie dépensée pour dépasser les limites techniques de l'exercice en solo. Ça crie, ça frappe, ça fait des bruits bizarres, ça part en dérapages instrumentaux, ça bouscule l'architecture des chansons. La boîte à rythmes soutient la cadence et met du punch là où la voix pourrait se laisser tenter par un vibrato mélancolique. La guitare électrique n'est qu'un instrument parmi d'autres, maltraité dans un même élan iconoclaste.

Au milieu de cet édifice d'une sauvagerie toute lo-fi, on peut être traversé par quelques réminiscences irrationnelles, Frog Eyes pour les déchirures de la voix, le Smog d'avant 1995 pour l'échafaudage grinçant des morceaux. Et puis on s'imagine aussi qu'une imitation de Thom Yorke par le Joker donnerait à peu près ce résultat. Le tout est assez essoufflant, brutal, détonnant, mais ne manque pas de points d'accroches. La mixture mixtape est traversée de quelques moments franchement convaincants, où un invité mystère fait son apparition : l'épure mélodique. De cette lutte entre les sauvages et les robots (pour reprendre les termes d'I'll Write My Own sur son MySpace), on désignera un indéniable vainqueur : l'énergie poisseuse qui en suinte, l'irrépressible besoin d'exploser qu'on appellerait chez d'autres "enthousiasme". Un cri de guerre, un cri de bête à la fois : I'll Write My OVNI ! Reste maintenant à tenir le rythme sur la longueur d'un CD... euh d'une cassette 90 minutes. A vos ghetto blasters.

Jean-Charles Dufeu

acheter cette cassette

Athlete
Screengirl
The Actors
Air Lift to Passion

 

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals