Idaho - Interview

25/09/2002, par Guillaume Sautereau | Interviews |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

La dernière fois qu'on s'était vus, tu nous avait dis que le processus de composition était quelque chose de solitaire pour toi. Maintenant, il semble que tu composes plutôt en groupe. Quelle est la cause de ce changement ?

(rires) c'est bien de ne pas faire toujours les choses de la même façon.
John : tu continues à composer tout seul…
Jeff : oui, d'ailleurs le prochain album comportera également des titres composés en solitaire. J'aime bien être assis devant mon ordinateur, composer de cette façon, au calme. Mais je suis en train de découvrir que composer "live", en jouant fort, avec des interactions avec d'autres musiciens est quelque chose de très intéressant. Et en plus, les titres se transposent facilement sur scène, contrairement aux titres de "Hearts of Palm" qui étaient très compliqués à jouer.

La scène est devenue quelque chose de plus important pour Idaho ?
C'est très important d'un point de vue "carriériste". Quand vous ne tournez pas, tout stagne. Il est crucial de sortir de sa bulle et de jouer… des articles sont écrits sur toi, tu passes à la radio. Tu es obligé de sortir, de t'ouvrir au monde. Je ne le pensais pas avant, mais en fait si. Et c'est d'autant plus important pour moi que j'ai tendance à être plutôt casanier, que je n'aime pas abandonner mon environnement, c'est bien de forcer sa nature.

C'est aussi l'occasion de rencontrer d'autres gens, d'autres musiciens…
Oui, cela dit, nous jouons souvent seuls ! le festival de Dour est le premier festival dans lequel nous jouons.
John : oui, nous aurions pu avoir l'occasion de jouer dans un festival l'an dernier… et puis au dernier moment, nous nous sommes faits éjecter par un autre groupe… par… (il cherche le nom du groupe, chantonne…)… ah Mark Linkous, Sparklehorse.
Jeff : il y a toujours un groupe qui nous ressemble, mais qui est plus connu que nous pour nous piquer la place…
John : j'étais très déçu.
Jeff : l'an dernier a été plein d'occasions manquées. Nous avons dû annuler notre tournée, la compagnie aérienne à laquelle nous avions acheté nos billets a fait faillite quelques semaines avant qu'on vienne. Dommage parce qu'on sentait un début d'intérêt ici en Europe et nous n'avons pas pu venir.

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» toutes les interviews