Jan Swerts - Schaduwland

22/10/2016, par | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

Jan Swerts - Schaduwland

Imaginez la rencontre entre Wim Mertens, la ligne claire des Lotus Eaters et la richesse harmonique d’Anywhen et vous commencerez à avoir un début d’idée des merveilles que recèlent "Schaduwland", troisième album du flamand Jan Swerts.

Décidément, vous n’entendez rien aux dérives expérimentales de David Sylvian, leur préférant ces temps maintenant anciens où il gardait encore à l’esprit la dimension narrative dans ses compositions.  Cela fait bien longtemps que les Lotus Eaters sont aux abonnés absents côté discographie. On a même fini par se faire à l’idée.

Découvrir un disque, cela peut se faire de mille et une manières. La musique crépusculaire et splendide de Jan Swerts devenue un petit peu ma fixation de ces deux dernières années, je dois cette rencontre à Thomas Feiner, lui-même auteur d’un grand disque de Pop orchestrale et fin de siècle avec son groupe Anywhen, le sublime "The Opiates".

Avec "Weg" en 2010, puis "Anatomie Van De Melancholie" et enfin "Schaduwland", Jan Swerts propose un voyage au fond de soi, parfois éprouvant, parfois sombre mais toujours passionnant. Bien sûr, on trouve dans ces trois disques une véritable science de la composition classique et des arrangements et plus particulièrement des cordes qui chez lui ne ressemblent pas à des nappes de violon posées là plus ou moins gracieusement.

Parfois chantées, parfois instrumentales, les quatorze pièces qui constituent "Schaduwland" sont des éléments tous hantés par le doute. On pensera parfois aux ambiances polaires de la B.O d’"Angels Of The Universe" composée par Hilmar Örn Hilmarsson avec Sigur Ros.

Ce disque de Jan Swerts n’est pas à mettre entre toutes les oreilles de crainte d’en altérer le contenu, la fragilité gracile et évanescente. Ce disque n’est pas pour tout le monde, il ne s’adresse qu’à ceux qui aiment à découvrir leur sensibilité, à ceux qui s’excusent d’être encore là.

"Schaduwland" est un tout cohérent, une lente construction qui prend son temps pour installer sa propre dramaturgie où l’on croise quelques acteurs, Michael Nyman, Mark Hollis ou Wim Mertens.

C’est un tranquille cheminement vers un apprivoisement du silence, un univers qui requiert une infaillible attention. Des ambiances où l’auteur s’abandonne mais nous également, simples auditeurs devenus le temps de cette heure et une poignée de minutes les acteurs d’une histoire qui s’écrit sous nos yeux.

Ne vous laissez pas perturber par la rudesse de la langue néerlandaise des titres car à coup sûr, vous entendrez à l’intérieur de ce disque peut-être les plus déchirantes mélodies  de cette année 2016. Les grands œuvres sont souvent des épreuves, "Schaduwland" est une main glacée dans un gant de velours, une sensualité au ras de la chair.

Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


  1. 01.Rustig, Martha, het Is Allemaal Voorbij. Er Is Geen Enkel Gevaar Meer
  2. 02.Iedereen Is in Elkaar aan het Storten, Sara. Iedereen Behalve Jij
  3. 03.Dit Was een Belangrijke Plaats in Hun Leven, Claire
  4. 04.Alice... Ze Is Daar Ergens. Buiten in het Moeras
  5. 05.Ik Had Je Nooit Alleen Mogen Laten, Becky
  6. 06.Kijk, Jessica, Kijk Naar Al Die Lege Wegen
  7. 07.Breng Me Thuis, Raf. Red Me. Red Me
  8. 08.Ze Waren Doodsbang van Me, Ruth
  9. 09.Het Duurt Zolang het Duurt, Liza
  10. 10.Ze Komen Je Halen, Barbara
  11. 11.Daniela, Er Is Niemand
  12. 12.Waar, Marie?
  13. 13.Jef
  14. 14.Untitled

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews