Jean-Luc Le Ténia - La meilleur chanteur français du monde

08/01/2003, par | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

JEAN-LUC LE TÉNIA - Le plus grand chanteur français du monde
(Ignatub/Poplane)

JEAN-LUC LE TÉNIA - Le plus grand chanteur français du mondeAu printemps dernier, lors d'un déjeuner, l'ami Ignatus me parla, entre la poire et le fromage, d'un artiste dont il comptait sortir le disque sur son micro-label Ignatub. À l'automne, le facteur apporte enfin l'objet : "Le meilleur chanteur français du monde" par Jean-Luc Le Ténia, un CD 100 % fait main. Ledit Ténia apparaît torse nu sur la pochette, un peu crâne, avec le même genre de lunettes qu'Ignatus ; comme Jad Fair ou Daniel Johnston, il signe lui-même les dessins dans le livret (et c'est tout aussi primitif) ; la qualité sonore du disque (qui aligne quand même 41 "chansons" en moins de 64 minutes) varie du correct au à peu près acceptable, et ce malgré le (ou grâce au) "rebidouillage" du talentueux Matthieu Ballet, qui rebidouille tellement bien qu'il arrive à rendre un concert de Miossec audible. On apprend que JLLT a 27 ans (comme moi), qu'il est employé à la médiathèque du Mans (pas comme moi), qu'il a écrit et enregistré 900 morceaux (d'après Ignatus, qui ne sait plus quoi faire des cassettes de l'olibrius, on n'est pas loin du compte) et, plus grave, "qu'il est tel qu'il est dans ses chansons". Et là, la salubrité publique oblige à citer un peu les textes de l'animal :
"Si Lautréamont avait été manchot, Bertrand Cantat(e) s'prendrait pour une ablette."
"Laurent Boyer met du mascara, ouh ouh ah, et moi je mange du tarama, ouh ouh ah."
"Tu fais ressortir ce qu'il y a de bien en moi, je vais te passer sur le corps. Je suis un monstre d'érotisme."
"L'avenir nous réserve des trésors/J'ai les yeux rouges, c'est à cause du chlore/Ton corps qui bouge me fait perdre le nord/On n' réveille pas un vieux pervers qui dort."
"Je suis contre le cannabis (…) Sinsemilia, Le Peuple de l'Herbe, vous ne valez pas mieux que Licence IV."
En fait, on aimerait tout citer, mais on a la flemme. Bref, JLTT, armé d'une pauvre guitare qui fait gling-gling, chante la médiathèque du Mans, les films de Russ Meyer, les poutous et, surtout, les filles qui ont peur de lui parce qu'il est trop beau et trop intelligent.
On classera son disque entre ceux du Nantais Savel et des Irlandais Toasted Heretic (si on ne classe pas ses disques par ordre alphabétique). Ou, pour être compris par un peu plus de monde, entre le premier Violent Femmes et une anthologie de Bobby Lapointe. Souvent, le Ténia chante un peu comme un chanteur pour enfants, mais qu'on évitera soigneusement de faire écouter à ses enfants (si on en a). Et ne parlons même pas de les emmener à ses concerts, que cet inquiétant personnage termine torse nu, en faisant le cochon pendu, après avoir fait voler en éclats sa guitare (La Guinguette pirate, le 26 novembre dernier).
Accord parental indispensable. Même si, au fond, Jean-Luc est sûrement un tendre.

Vincent

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» toutes les interviews