Jedi Mind Tricks - The Psycho-Social, Chemical, Biological, and Electro-Magnetic Manipulation of Human Consciousness

05/02/2000, par Sylvain Bertot | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

JEDI MIND TRICKS - The Psycho-Social, Chemical, Biological, and Electro-Magnetic Manipulation of Human Consciousness
(Superegular)

JEDI MIND TRICKS - The Psycho-Social, Chemical, Biological, and Electro-Magnetic Manipulation of Human ConsciousnessSi 1996 reste l'année de naissance, ou plutôt d'émergence, de la nouvelle scène hip hop indépendante, 1997 est celle des grandes oeuvres, celle des premiers classiques. Parmi ceux-ci, le premier album des Jedi Mind Tricks, The Psycho-Social, Chemical, Biological, and Electro-Magnetic Manipulation of Human Consciousness (ouf, rien que ça !) occupe une place de choix. Sorti uniquement en vinyle, quasiment épuisé, l'album dévoilait un hip hop lent, étrange, éthéré produit par Stoupe (The Enemy of Mankind - excusez du peu) et habité par les paroles cryptiques, mythologiques, religieuses et sacrilèges du MC Ikon (The Verbal Hologram - pas moins).;ann
La marque de fabrique des Jedi Mind Tricks est une sorte de rap gothique aux paroles grandiloquentes et aux compositions oppressantes à souhait qui justifient la comparaison souvent faite entre Stoupe et un RZA sous calmants plus étrange que l'original. Le malaise est le sentiment qui domine tout du long de l'album, que ce soit sur "Incantrix", sur "Chinese Water Torture" et ses sons lointains de clapotis, sur "Omnicron", qui joue à merveille du contraste entre guitare acoustique et sons bizarres, ou sur le morriconien "The Apostle Creed". Tout cela est renforcé encore par l'usage immodéré de samples de voix féminines éthérées, utilisés sans retenue sur "Books of Blood" et sur "The Immaculate Conception", peut-être le titre le plus saillant de The Psycho-Social...

Album fondateur, The Psycho-Social..., contient en germe les développements de la scène hip hop indépendante des années suivantes. On notera plus tard quelques effets similaires chez Anti-Pop Consortium ou plus sûrement chez les siphonnés d'Anticon, mais en plus concis, sans la surcharge. Bref, en beaucoup mieux. Il ne reste plus à cet album qu'à être réédité en CD et distribué un jour à la mesure de son importance.

Sylvain

PS : l'album a été édité et réédité plusieurs fois en CD depuis cette chronique.


Intro
The Winds of War
Chinese Water Torture (feat. Breath of Judah)
The Three Immortals (feat. Breath of Judah & Apathy)
Neva Antiquated: Dark Jedi Remix (feat. The Sun Pharaoh)
Omnicron (feat. Apathy the Alien Tongue & The Sun Pharaoh)
As it Was in the Beginning... (feat. The Lost Children of Babylon)
Books of Blood: The Coming of Tan (feat. El Eloh)
Incantatrix
The Immaculate Conception
The Apostle's Creed (feat. Apathy & Yan the Phenomenon)
I Who Have Nothing

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» toutes les interviews