John Parish - Once Upon a Little Time

26/09/2005, par Jean-Charles Dufeu | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

JOHN PARISH - Once Upon A Little Time
(Thrill Jockey / Discograph) [site] - acheter ce disque

JOHN PARISH - Once Upon A Little TimeDommage. John Parish est quelqu'un de très respectable et succomber à son dernier disque aurait été un plaisir qu'on se serait octroyé sans scrupule. Mais on ne peut pas lutter indéfiniment contre ses aspirations et force est de reconnaître que le respect s'impose ici plus que le plaisir. Et on peut s'en sentir frustré. Là où "How Animals Move" s'imposait par son charme bucolique discrètement décalé, "Once Upon Little Time" ne raconte pas franchement la même histoire. Cette fois, John oublie ses complexes de chanteur médiocre et prend en main le micro, plutôt que de le laisser à quelques-uns de ses compagnons de route (même si P.J Harvey s'en acquittait fort bien à l'occasion). Le résultat est certes plus homogène, mais moins solide. La voix de Parish n'a évidemment pas une assurance folle et même si l'instrumentation est fine et richement agencée, même si, en bon maître d'œuvre, notre homme nous introduit dans le disque par un crescendo de cinq chansons, on peine à s'attacher pleinement. A la frontière d'un folk électrique et d'un blues acoustique, servie par une batterie aux balais dépoussiérés à la hâte, la musique de John Parish ne s'envole que rarement, si ce n'est à ces moments où sa voix s'accompagne de celle des jeunes filles qui composent une partie de son groupe. Comme sur "Somebody Else", une bonne illustration de l'album entier : l'instrumentation est parfaite, le son, personnel, les intuitions fonctionnent... Et pourtant, il manque un brin d'énergie et de conviction pour que tout ça fasse un morceau qu'on ait envie de retenir, de chantonner, ou de siffloter (même si ce ne sont pas là des critères qui fondent une bonne chanson). Car, qu'on ne s'y méprenne pas, la musique de John Parish est toujours bonne, et surtout toujours irréprochable. Seulement, il faut beaucoup de patience, et même de bonne volonté, pour faire de cet album un disque de chevet. Patience et bonne volonté qui ont peut-être manqué à John Parish lui-même, lassé par le tour que prenaient ses propres compositions lors de la conception du disque.

Jean-Charles Dufeu

Salo
Boxers
Choice
Sea Defences
Even Redder Than That
Water Road
Somebody Else
Kansa City Electrician
Stranded
Glade Park
Even Redder Than That Too
The Last Thing I Heard Her Say

Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews