Julie Doiron - Interview

10/11/2004, par et Jan Fiévé | Interviews |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

 


Il y a quelque chose de réconfortant à rencontrer Julie Doiron, aussi gentille et naturelle que sa musique est apaisante et lumineuse. Dans ce monde "Star Ac'isé" où l'on parle davantage de supports que de leur contenu, la jeune Canadienne tranche résolument, faisant sa musique en quasi-autarcie, sans se soucier des modes, et en conciliant avec sa vie de famille (nombreuse) ce qui est à peine une carrière mais bien plus qu'un hobby. Indéniablement, la fraîcheur de la dame est communicative, comme l'est aussi le plaisir que la douce Julie semble avoir pris à enregistrer son dernier album, le délicieux "Goodnight Nobody". Ou l'art délicat de faire de quelques comptines sans âge un grand disque pop intemporel et indispensable.

Julie Doiron

Le plus souvent, tu te produis seule, mais on a pu te voir accompagnée par les membres d'Herman Düne à la Guinguette pirate. Quelle est la configuration que tu préfères ?
En fait, si je joue souvent en solo, c'est que je n'ai pas de quoi payer des musiciens. Et quand des festivals m'invitent, comme Primavera à Barcelone en mai dernier, c'est sûr que ça leur coûte moins cher si je viens seule. C'est donc avant tout des raisons financières, mais c'est vrai aussi que j'adore jouer comme ça. Je peux suivre le fil de mon humeur, parfois je commence le concert un peu énervée et je suis très calme à la fin... J'ai un contrôle total. Avec un groupe, c'est un peu moins intime. Je parle moins avec le public et je pense moins à ce que je veux faire, je me contente d'enchaîner les chansons. Ceci dit, avec Herman Düne, c'est un peu différent, assez libre. A la fin du concert avec eux à la Guinguette, j'avais même demandé si une personne du public avait enregistré, parce qu'on entrait en studio le lendemain pour l'album et qu'on avait joué ce soir-là des passages qui m'avaient bien plu. Il y avait vraiment une belle énergie. Parfois, je joue avec des musiciens qui sont un peu stressés, mais avec eux ce n'est vraiment pas le cas.

Justement, ce nouvel album a un son plus chaud, plus ample, tu sembles plus détendue. Faut-il y voir leur influence ?
C'est possible... Il y a aussi le fait que j'aie pris un an de congé après la naissance de mon troisième enfant. Pendant ce temps-là, j'ai beaucoup écouté Bob Dylan et j'ai décidé de faire une musique un peu différente, plus spontanée. Je voulais que les chansons soient un peu moins structurées, et je suis assez satisfaite du résultat. J'ai "grandi", j'ai moins peur de tenter des choses nouvelles. C'est vrai aussi que le bonheur de jouer des Herman Düne a certainement déteint sur moi, ça se voit et ça s'entend. Même si j'adore faire de la musique, je ne joue pas autant qu'eux, je ne fais pas que ça quand je suis chez moi. Mais j'ai compris à leur contact qu'on se sent bien quand on joue.

Vous avez enregistré très vite.
Oui, on voulait même tout faire en une journée mais on n'y est pas arrivé, j'ai donc fini l'album au Canada. On a quand même bien travaillé, d'autant que je ne leur avais même pas envoyé de démos. Ils ont juste entendu les morceaux les soirs précédents, quand je les ai faits sur scène. J'aimerais bien faire aussi le prochain avec eux, mais en deux jours cette fois-ci (rires).
En juillet dernier, ils m'ont invité à venir jouer de la basse et à chanter sur leur prochain album, qui doit sortit cet hiver. On était en Angleterre, et on disposait de plus de temps que pour mon disque. Ça s'est vraiment bien passé, je trouve les nouvelles chansons très bonnes. Au départ, je leur avais dit non car ça devait se faire en mai et j'étais déjà prise. Ils m'ont envoyé un mail pour me dire qu'ils pouvaient décaler les dates, que ce serait génial si je pouvais être là... Mon mari était d'accord, je suis donc partie une dizaine de jours. Au début, j'étais nerveuse car ça faisait longtemps que je n'avais pas joué de la basse, mais c'est revenu au bout de quelques heures.

Le fait de venir du rock indé, noisy, lo-fi, avec ton ancien groupe Eric's Trip (1990-1996), t'a-t-il fait aborder la musique folk d'une manière particuli ère ?
Probablement. A l'époque, j'écoutais beaucoup Lou Barlow, Sebadoh, des choses comme ça. J'appréciais la sincérité de cette musique, son côté direct. Il chantait sur des choses qui le touchaient de près. On écoutait aussi beaucoup Neil Young, chez qui on trouvait la même honnêteté. Cette démarche musicale reste importante pour moi, mais j'ai quand même beaucoup évolué depuis.
En fait, je ne me considère pas comme une chanteuse folk, d'ailleurs je ne sais pas vraiment ce que je suis. Je fais simplement de la musique. Quand j'écris, je n'en écoute pas beaucoup, je ne pense donc pas être vraiment influencée par d'autres. Evidemment, il y a des disques que j'adore et devant lesquels je suis toujours aussi admirative à chaque nouvelle écoute, mais je n'essaie pas de les imiter. Après, il y a forcément des influences inconscientes.

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» toutes les interviews