Karen Elson, équilibriste d'un soir

27/09/2010, par | Concerts |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

Karen Elson a eu chaud vendredi soir. Programmée à la Boule Noire, la belle et son groupe ne sont parvenus jusqu'à la salle que sur les coups de 23 h 20, la faute à un trajet en bus interminable (plus de 19 h de Berlin à Paris, ça s'appelle un mauvais karma). A la fin de la première partie, tout le monde ou presque est resté dans la salle, malgré l'annonce d'un retard de plus d'une heure. Comment ? Au bout d'une demi-heure d'attente, le tour manager a annoncé que Karen (après tout, soyons intimes) payait son coup au bar de la salle, tout le monde a profité de l'aubaine et a donc attendu sagement. Et donc une grosse demi-heure après cela, on vit la chanteuse et son groupe rentrer dans la salle et, ni une ni deux, monter sur scène et empoigner leurs instruments, et vogue la galère ! Dans cette situation, il était impossible de tricher, et à sauter sans parachute, Karen Elson a confirmé les espoirs nés de son album "The Ghost Who Walks" (bientôt en chronique) : privés d'électricité, de batterie, les cinq musiciens et notre chanteuse ont plus que bien fait avec les moyens du bord, reproduisant avec doigté et inventivité les arrangements soignés du disque, les mélodies sombres, tantôt visitant Nick Cave et Vandaveer, tantôt plus country. Et l'entrain du groupe, le sourire de la flamboyante rousse et l'honnêteté de la prestation ont su transformer cette soirée potentiellement cauchemardesque en un très beau moment ! "Pretty Babies" en live et groupe complet :

Karen Elson - Pretty Babies from Karen Elson on Vimeo.

Le clip de "The Truth Is in the Dirt" :

Karen Elson - The Truth is in the Dirt from Karen Elson on Vimeo.

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews