Kingsbury Manx - Let you down

album de la semaine du 19/12/2001, par Jean-Christophe Mauger | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

KINGSBURY MANX - Let you down
(City slang/Labels)

KINGSBURY MANX - Let you downTous les ans, les rédacteurs de POPnews font leur classement personnel des dix meilleurs disques de l'année et ces palmarès sont ensuite amalgamés et synthétisés pour devenir (ouvrez les guillemets) "le Top Ten de la rédaction". Si la sélection de dix albums sur douze mois s'avère souvent une entreprise hasardeuse (et avec le recul pas toujours judicieuse), en 2000 les Kingsbury Manx s'étaient à mon sens imposés à la régulière, avec un premier album cotonneux, alliant le meilleur des High Llamas pour les arrangements amidonnées et d'Elliott Smith pour le potentiel d'écriture. Avec le recul, ce disque reste une référence dans le genre narcoleptique et "Let you down", paru à peine un an après enfonce tellement le clou de la ballade léthargique qu'on en vient à se demander si les Kingsbury Manx n'ont pas été étouffés sous l'oreiller.
Lente et minimaliste (sauf sur le pénible "Patterns shape the mile", grossière faute de goût s'il en est), la musique de ces quatre copains de fac n'a pas besoin d'effets pour séduire, mais réussit un vrai travail de sape des fonctions auditives en réussissant à rendre indispensables des mélodies qu'on jugerait à la première écoute d'une grande banalité. En douceur, avec un simple tricot de guitares acoustiques et des harmonies vocales diaphanes, le groupe parvient à faire partager ses émerveillements, ses douleurs, ses angoisses et ses fascinations. En dire beaucoup tout en en faisant peu, tel est le credo des Kingsbury Manx qui, dans leur registre étroit (la pop valium mi-planante mi-oppressante) ont définitivement largué la concurrence. Et puisqu'on approche de la période des vœux, souhaitons en deux aux Kingsbury Manx : résoudre leurs problèmes personnels (l'album est sombre, voire lugubre sous bien des aspects alors que du premier émanait une certaine espièglerie qui le rendait encore plus attachant) et se dégotter un producteur plus audacieux que le pâlot Brian Paulson, qui pourrait tirer leur musique vers des nouveaux horizons sans sacrifier ce qui fait leur spécificité. Et sans trop savoir pourquoi (enfin si, un peu : pour jouir du choc des contrastes), je verrais bien Steve Albini dans ce rôle.

Jean-Christophe

Let you down
Porchlight
Simplify
Et tu, kitté ?
Rustic chairs
Sleeping on the ground
Patterns shape the mile
Courtyard waltz
Arun
The new evil
Baby you're a dead man
Do what you're told

Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» toutes les interviews