La Colonie de Vacances à la Rock School Barbey (Bordeaux), le 26/06/2013

05/07/2013, par | Concerts |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

Du monde, beaucoup : pas de doute, ça me fait toujours plaisir de voir une salle de concert avec plein de gens, et si la gratuité de la soirée a du jouer, de même que l'occasion (25 ans, ça se fête), l'affiche avait de quoi faire saliver. Le coup d'envoi se fait au club, dans le hall.

Et c'est Piscine, un trio bordelais qui s'y colle. Pas de pédiluve, ici ce n'est que de la grosse vague, qui fait trembler les murs à grands coups de riffs saignants. Je ne connaissais pas, j'ai retenu le nom de ce groupe puissant, sans fioritures, à la puissance impeccablement maîtrisée. Boum !

JC Satàn

La suite est assurée par une valeur sûre, et bien plus encore. JC Satàn est en effet un des groupes live les plus convaincants qui soient, dans une veine garage surpuissant qui ne manque jamais de souffle. Et une fois de plus, avec de grandes chansons en forme de détonations sous le bras ("Faraway Land", "Crystal Snake", "Dragons"...), qui font pogoter les premiers rangs et électrisent toute personne dans la salle. Le niveau sonore est impressionnant et concourt à l'impression de machine de guerre de ce groupe désormais incontournable.

La Colonie de Vacances

Il est alors temps de passer dans la grande salle, où attend déjà l'installation des quatre groupes. Car oui, la Colonie de Vacances, c'est l'addition forcément folle de 4 groupes, Pneu, Marvin, Papier Tigre et Electric Electric. Si le ventilateur tourne à plein régime (ce qui procure un agréable vent de fraîcheur), l'ambiance va vite tourner au tonnerre. Il vient de partout, et si chaque groupe joue un peu de ses propres compositions (et toutes sont remarquables, sans faute aucune), le plus impressionnant est quand les quatre groupes jouent en même temps. C'est d'une puissance délicieuse, délicieuse car la force est alliée à la précision, la frénésie à l'euphorie de ces batteurs qui se donnent à fond, et l'ensemble donne un caractère frénétique à ce projet au style quasi tribal. Au bout d'un set de plus d'une heure et quart, les dernières notes sonnent comme la fin d'une immense tornade, terriblement addictive. A voir et revoir !

La Colonie de Vacances

Merci à Barbey (et bon anniversaire, encore)

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» toutes les interviews