Le bilan POPnews du 1er semestre 2015

14/07/2015, par la Rédaction | Autre chose |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

Nos rédacteurs vous dévoilent les disques qu'ils ont le plus écoutés depuis le début de l'année. Retour de grosses pointures, confirmations ou nouveautés, c'est l'occasion de prendre son temps pour rattraper le retard pendant les vacances ! Et pour vous faciliter la découverte, une playlist de 50 morceaux de ces albums est faite pour vous en fin d'article !

Frédéric Antona


The Apartments - No Song No Spell No Madrigal

Cet album, à peine sorti, sonne déjà comme un classique, et Peter Milton Walsh démontre, 30 ans après ses débuts discographiques, qu'il a encore de très belles choses à nous offrir.

L'Objet - Toucan

Nouveau coup de maître pour le groupe de post-rock qui livre ici un album fascinant rempli de couleurs et de de routes sinueuses, les yeux tournés vers l'Afrique.

Sufjan Stevens - Carrie and Lowell 

Sufjan Stevens tape en plein coeur en revenant à l'épure folk de "Seven Swans", et en signant des morceaux d'une beauté proprement déchirante.

BC Camplight -  How to die in the North

Brian Christinzio, songwriter de haut niveau, signe un album rempli de morceaux divinement arrangés et relance la mode du slow qui tue avec "Just Because I Love You", l'un des morceaux les plus fatals pour conclure depuis "I'm not in Love" de Ten CC.

Villagers - Darling Arithmetic

Seul avec sa guitare, Conor J. O' Brien livre un trosième album d'une grande beauté, qui tranche avec la sophistication du précédent album.

 

Vincent Arquillière


The Apartments - No Song No Spell No Madrigal

Il aura fallu attendre 18 ans pour que Peter Milton Walsh sorte un nouvel album, mais ça valait la peine : les chansons de "No Song No Spell No Madrigal" sont, comme tout ce qu'a écrit leur auteur, de celles qui touchent au plus profond. Tournée française inratable en septembre.

Dominique A - Eleor

Un pas de plus vers la lumière et la simplicité pour l'un des artistes les plus souvent interviewés sur POPnews. Si certains morceaux flirtent avec l'anecdotique (tout en reflétant un indéniable savoir-faire), d'autres ont déjà des allures de classiques.

The Tallest Man on Earth - Dark Bird Is Home

Quatrième album pour le Suédois Jens Kristian Mattsson, et sans doute le plus abouti : chacun des dix morceaux approche la perfection pop-folk croisée chez The Lilac Time, Martin Stephenson ou les Harvest Ministers. A voir absolument sur scène, où éclate son charisme de beau gosse.

Bill Fay - Who is the Sender ?

Deuxième album d'un songwriter britannique culte depuis son come-back en 2012. Des chansons simples et bouleversantes, pour tenter de se réconcilier avec le monde comme il va.

D'Angelo - Black Messiah

Pas tout à fait un disque du premier semestre 2015 puisque sorti en décembre 2014, mais suffisamment riche et complexe pour nous accompagner toute cette année. Le retour inespéré, en forme de rédemption, de l'âme damnée de la nu-soul, résumant en douze morceaux plusieurs décennies de musiques noires.

 

Hugues Blineau

bill fay

Bill Fay - Who is the Sender ?

The Apartments - No Song No Spell No Madrigal

Other Lives - Rituals

Dominique A - Eleor

The White Birch - The Weight of Spring

 

Matthieu Chauveau


Tobias Jesso Jr. - Goon

"Goon" aurait fait un disque parfait pour l'année 1975. Il sera, curieusement, l'une des oeuvres marquantes de 2015.

The Apartments - No Song No Spell No Madrigal

Le grand retour du Walsh. Aucune surprise, mais une classe toujours inégalée, et 8 titres qu'on n'est pas prêt d'oublier.

Bill Fay - Who is the Sender ?

"Who is the Sender ?" se demande encore le mystérieux barbu, 44 ans après son album biblique "Time of the Last Persecution". On n'a toujours pas de réponse à lui apporter, mais on plonge à corps perdu dans son nouvel élixir.

Sufjan Stevens - Carrie and Lowell

Peut-être pas le chef-d'oeuvre annoncé, mais sans conteste la plus belle ouverture d'album de cette mi-année : la paire impériale "Death with Dignity" / "Should Have Known Better".

Father John Misty - I Love You, Honeybear

Un ex-Fleet Foxes qui n'en fait qu'à sa tête, enveloppant son songwriting folk d'un écrin baroque du plus bel effet, piqué chez Jimmy Webb et Gene Clark. L'autre disque qui aurait pu sortir en 1975.

 

Mickaël Choisi

Brian Lopez - Static Noise

Brian Lopez - Static Noise

Une découverte personnelle, mais avant tout un disque varié, tantôt fiévreux, tantôt mielleux, mais toujours sans faute de goût.

Dominique A - Eleor

Encore une fois un très beau disque signé Dominique A, à l'écriture ciselée. Certes, pas grand chose de neuf, mais quand on écrit de telles chansons, à quoi bon ?

Michelle Blades - Ataraxia

La jeune Panaméenne, aux talents multiples, s'illustre d'un troisième album aux couleurs multiples, qui colle à une personnalité généreuse.

Lord Huron - Strange Trails

Il m'aura fallu du temps pour accepter sa ressemblance avec le premier album, mais sa densité finit par convaincre pleinement.

Thousand - S/T

Chloro le dit encore mieux que moi, voir ci-dessous ;)

 

ChloroPhil

Thousand ST

Thousand - Thousand

Elégant, entraînant et intelligent. Le meilleur album pop de ces six premiers mois. l’album idéal pour cet été (et pour toute l’année d’ailleurs).

Orso Jesenska - Effacer la mer

La simplicité apparente des chansons, la douceur des mélodies et des arrangements. rien de vraiment nouveau dans cet album qui, pourtant, rend accro dès les premières écoutes.

Sufjan Stevens - Carrie and Lowell 

Le retour de Sufjan Stevens à ses classiques avec un disque émouvant et touchant, comme le furent ses premiers albums.

Tobias Jesso Jr - Goon

Un disque sirupeux à souhait, des textes gentils et un peu mièvres, une voix qu’on pourrait qualifier d’Elton-John-Lennon-esque, mais des chansons à la beauté surannée dont on ne se lasse pas.

Husbands - Husbands

Le mélange réussi entre electro et pop joyeuse. Dansant et efficace, l’album idéal pour avoir la pêche toute la journée, même quand il fait 40° à l’ombre.

 

Benoit Crevits

 BC Camplight HTDITN 

BC Camplight -  How to die in the North

Des arrangements de toute beauté : BC Camplight revient avec brio après quelques errances.

Fauve - Vieux Frères, Partie 2 

Fauve a brillamment confirmé son rang d'ovni de la scène française. Enfin une thérapie qui marche !

Dominique A - Eléor 

"Eléor" est un album à apprivoiser, mais sa lumière est toujours aussi bénéfique. 

The Apartments : No Song, No Spell, No Madrigal 

Sublime album, toujours un peu trop court lorsqu'on a attendu si longtemps. 

Ron Sexsmith - Carousel One

Avec un quasi sans-faute depuis 20 ans, Ron Sexsmith distille avec une allure de métronome un album quasi parfait.

 

Judicaël Dacosta


TP AN

Tess Parks & Anton Newcombe - I Declare Nothing

Du haut de ses 24 ans, Tess Parks chante d'une voix qui, elle, semble en avoir 50. D'une beauté rare, cet album entre la jeune folkeuse et l'incorrigible Anton Newcombe marie à merveille les univers des deux artistes.

Jessica Pratt - On Your Own Love Again

Thousand - Thousand

Jacco Gardner - Hypnophobia

Le trublion à chapeau hollandais fait son retour après un premier album encensé par la critique, et il fait à nouveau mouche avec ses mélodies ciselées et son sens aigu du psychédélisme.

Lord Huron - Strange Trails

L'américain Ben Schneider confirme tout son talent avec un deuxième album qui puise toujours pour le meilleur dans les racines country / folk de son pays. 

Guillaume Delcourt

NG

Nicholas Krgovich – On Cahuenga

R'n'b de blanc-bec, aussi pop et aussi beau que les "Nocturnes" de Chopin. Un peu plus funky aussi.

Saigon – New World Outro

Rave rock'n'roll. Léger, frais et chimique comme un Aperol Spritz bu sur les Zattere. Ou sur les rives du Mälaren de Södermalm.

Hot Chip - Why make sense ?

Toute honte bue, cet album putassier en diable est peut-être le meilleur de Hot Chip. “Why make sense ?” ou la réconciliation de POPnews avec NRJ, hit music only.

Jim O’Rourke - Simple Songs

Album hyper rétrograde, absolument sans surprises mais plein de détails qui tuent. Oui mais non ? Allez, oui.

The Apartments - No Song, No spell, No Madrigal

Voir n°4. Peter Walsh n’est pas Carlo Gesualdo, Prince de Venosa, mais c’est quand même pas mal.

 

Christophe Dufeu

 Sufjan CAL

Sufjan Stevens - Carrie and Lowell 

Ça faisait longtemps qu'on attendait un nouveau bon album de Sufjan Stevens. Celui-ci est sobre mais parfait pour remplir ce rôle.

Seth Avett & Jessica Lea Mayfield sing Elliott Smith

Un album hommage des plus émouvants. Une très belle réussite.

Heather Nova - The Way It Feels

Ça fait un peu vieux con mais tout de même, 20 ans après, (la voix de) Heather Nova est toujours aussi belle et émouvante.

Aurélien Merle - Remerle

Probablement l'album le plus abouti de cet artisan discret d'une chanson française aux inspirations pop et orientales.

Oiseaux-Tempête - Ütopiya?

J'étais resté sur ma faim avec leur album précédent mais là, pas de doute, Oiseaux-Tempête savent nous envoyer loin.

 

David Dufeu

BC Camplight HTDITN

BC Camplight -  How to die in the North

Foisonnant et sous haute influence Beach Boys - un régal d'arrangements - malgré quelques fautes de goût (vite pardonnées).

Sufjan Stevens - Carrie and Lowell

ZE bel album de ce début d'année, tout en douceurs torturées. Sufjan reste le songwriter le plus attachant au monde.

30 Minutes With Perio

Le retour des Frenchies aux influences américaines, Perio, très inspiré, pour un équilibre instable entre cool et noirceur - de belles sautes d'humeur.

The Apartments - No Song No Spell No Madrigal

A la fois immédiat et dense, ce nouvel album attendu comme le messie tient toutes ses promesses.

The White Birch - The Weight of Spring

Ça n'est toujours pas la grosse ambiance pour The White Birch, et ce nouvel album ajoute simplement une pierre à l'édifice slowcore des Norvégiens - mais, comme l'inusable "Star Is Just a Sun", celui-là est un joyau.

 

Séverine Garnier

 Faith No More SI

Faith No More - Sol Invictus

Après un silence discographique de 18 ans, les Américains de Faith No More font la démonstration qu'on peut encore compter sur eux. 

Viet Cong - Viet Cong

Avec un disque aussi compact que leur premier EP, la moitié de Women nous assène le premier uppercut musical de l'année. 

Villagers - Darling Arithmetic

Un troisième album plus personnel et dépouillé pour Conor J. O’Brien, enregistré chez lui, dans le Nord de l'Irlande. 

Hot Chip - Why Make Sense ?

Les maîtres de l'électro-pop nous captent avec une facilité déconcertante, dès la première écoute de leur sixième album. 

Motorama - Poverty

Troisième long format, entre gris clair et gris foncé, pour les Russes, toujours sur l'excellent label Talitres.

 

David Jégou

 Blur TMW

Blur - The Magic Whip 

L’album que personne n’attendait, porté à bout de bras par Graham Coxon. Pop et expérimental à la fois, le groupe a choisi d’avancer plutôt que de regarder dans le rétroviseur.

Villagers - Darling Arithmetic 

En rupture totale avec son album précédent, Conor J. O’Brien se dévoile sur neuf titres minimalistes d’une beauté à couper le souffle.

Gaz Coombes - Matador 

Après s’être égaré sur son premier album solo, Gaz Coombes retrouve l’inspiration sur le disque le plus expérimental de sa carrière.

Sleater Kinney - No Cities to Love 

Le retour gagnant du trio d’Olympia avec un album aux accents plus pop que les précédents.

The Apartments - No Song, No Spell, No Madrigal 

Encore un sans-faute pour le groupe de Peter Milton Walsh qui signe un disque grave aux arrangements somptueux.

 

Vincent Le Doeuff

 Sufjan CAL

Sufjan Stevens - Carrie and Lowell 

Viet Cong - Viet Cong

Son Lux - Bones

Panda Bear - Meets The Grim Reaper

Thousand - Thousand

 

Sandrine Lesage

 Sufjan CAL

Sufjan Stevens - Carrie and Lowell 

Un retour au folk aérien après l'échappée baroque, géniale et barrée de "The Age of Adz". Un disque sur le deuil, beau à pleurer, pour accompagner les réflexions diurnes comme les insomnies nocturnes. A écouter en boucle : "Should Have Known Better".

Motorama - Poverty

La formule post-punk du groupe russe gagne encore et toujours au troisième essai : voix de marbre, arpèges lumineux, tension et synthés entêtants. A écouter en boucle : "Heavy Wave".

Warm Graves - Ships will come 

Révélation de ce premier semestre, le trio cosmopolite basé en Allemagne construit un voyage obsédant dans les méandres d'un post-rock onirique, émaillé de choeurs rappelant Arcade Fire. A écouter en boucle : "Ships Will Come".

Lower Dens - Escape from evil 

L’effet des sombres et lentes drogues dont "Nootropics" - le précédent album - avait envoûté nos esprits se dissipe en partie, moins persistant sur certains titres, au profit d’une synth-pop bardée de riffs étincelants sur d’autres. Mais la noirceur rôde toujours. A écouter en boucle : "Sucker’s Shangri-la".

Blur - The Magic Whip

Le huitième album que l'on n'attendait plus de la part des héros de la brit-pop. Un kaléidoscope de toutes les couleurs posées sur la palette par les membres de Blur au fil des années. A écouter en boucle : "Thought I Was A Spaceman".

 

Julien Sauvageot

Death and Vanilla - To Where the Wild Things Are

Avec sa panoplie d'instruments vintage, Death and Vanilla reprend le flambeau rétro-futuriste des regrettés Broadcast. Cinématographique et envoûtant, "To Where the Wild Things Are" abolit la frontière entre rêve et réalité.

The White Birch - The Weight of Spring

Une sensibilité à fleur de peau, une sobriété esthétique de chaque instant : avec ce grand disque tout en retenue, le norvégien Ola Fløttum a déjà pris rendez-vous avec l'éternité.

Aidan Moffat & Bill Wells - The Most Important Place in the World

Les infinies subtilités du jeu de Bill Wells offrent un écrin idéal à l'ancienne voix d'Arab Strap, pour une évocation des petits détails du quotidien, entre humour noir et lucidité féroce.

Django Django - Born Under Saturn

On a coutume de dire que la sortie d'un deuxième album est une étape difficile. Avec "Born Under Saturn", les Irlando-écossais ont pourtant réussi à faire au moins aussi bien qu'avec leur premier essai. La vraie confirmation de ce premier semestre.

The Lilac Time - No Sad Songs

Un bel album qui ravive l'idée qu'une simple collection de chansons pop peut, à elle seule, mettre des couleurs dans le quotidien. Dans ce domaine, la palette de Stephen Duffy semble infinie.

 

Marc Schmit

 Sufjan CAL

Sufjan Stevens - Carrie and Lowell

Il s’était un peu dispersé depuis "Illinois", il se recentre aujourd’hui, et c’est parfait de la première à la dernière note.

The Apartments - No Song No Spell No Madrigal

Peter Milton Walsh ne se disperse pas, lui. On aimerait juste attendre un peu moins longtemps la prochaine fois.

The White Birch - The Weight of Spring

Comment écrire une musique simplement émouvante, sans frôler ni l’emphase ni le pathos ? The White Birch a manifestement trouvé le secret.

Diagrams – Chromatics

Sam Genders choisit une approche plus directe et mélodique, pour balayer une large palette entre pop et folk. Et ça lui réussit bien.

The Tallest Man on Earth – Dark Bird is Home

Album attachant, qui correspond à une période personnelle douloureuse pour Kristian Matsson, mais dans laquelle il a su puiser pour donner à son folk minimal une dimension supplémentaire.


 

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog