Liars - They Were Wrong, So We Drowned

21/04/2004, par Fred Tuc | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

LIARS - They Were Wrong, So We Drowned
(Mute / Labels) [site]

LIARS - They Were Wrong, So We DrownedQue sont donc devenus nos ami éricains auteurs d'un premier album prends-ça-dans-la-gueule ("They Threw Us All In A Trench...") ? Ils vont bien, merci. Très bien mme, comme en témoigne ce passionnant deuxième album. Je ne cesserai d'avoir un faible pour ces groupes qui s'ouvrent la voie de la reconnaissance avec des premières compositions qui ne heurtent pas trop - le premier opus de Liars n'était pas franchement facile non plus -, pour ensuite s'engouffrer dans cette radicalité qui les démange. Ainsi donc, "They Were Wrong, So We Drowned" est comme un nouveau Liars, encore plus sauvage et plus fascinant.
L'audace habite le disque de ces jeunes trublions qui ont pris le pari osé du risque et provoquent la surprise sur chaque morceau. Comme sur leur précédent album, ces New-yorkais malmènent sérieusement les rythmiques, tout en retombant ˆ chaque fois sur leurs baguettes. Joy Division est par ailleurs encore bien présent, cachés dans la trame de certains morceaux ("Broken Witch" notamment), que ce soit à travers l'utilisation de rythmiques martiales ou par une évidente noirceur du propos (le titre de l'album en dit long). Rappelant également feu Ian Curtis, certains morceaux sont structurés autour d'une section rythmique épileptique. On retrouve également par moments les influences de leurs compatriotes Sonic Youth, comme sur "Hold Hands..." qui nous replongent dans les débuts de cette formation mythique.
Globalement, les titres sont noirs et parfois mme comme habités. Ainsi, sur "We Fenced Other Houses...", le groupe semble entrer dans une transe chamanique macabre, aidé en cela par la voix d'Angus Andrew qui, en l'occurrence, donne plus dans l'incantation que dans le chant. Afin de s'enfoncer un peu plus dans la bizarrerie, Liars a fait appel à l'électronique, saturée et distordue, cela va sans dire, et accompagnée souvent de cris glaçants venus d'outre-tombe. Bienvenue dans un monde fait d'angoisse électrique et de coups d'état rythmiques.
A celles et ceux qui auraient raté le premier épisode (aux autres aussi, bien sûr), je ne saurais trop conseiller de se jeter sur ce disque sans concession d'un groupe qui pourrait bien devenir indispensable.

Fred

Broken Witch
Steam Rose From The Lifeless Cloak
Theres Always Room On The Broom
If Your A Wizard, Then Why Do You Wear Glasses?
We Fenced Other Houses With The Bones Of Our Own
They Don't Want Your Corn They Want Your Kids
Read The Book That Wrote Itself
Hold Hands And It Will Happen Anyway
They Took 14 For The Rest Of Our Lives
Flow My Tears The Spider Said

Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals