Lights - Lights

27/10/2008, par Florine | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

LIGHTS - Lights
(Language of Stone / Drag City) [site] - acheter ce disque

LIGHTS - LightsDéconcertant. Tel est le mot qui décrirait le mieux le premier album des quatre Canadiens du groupe rock-néo-psyché Lights. A commencer par la (sublime) pochette de l'album, parsemée de coups de pinceaux de couleurs assez obscures sur la face avant et de couleurs assez claires sur la face arrière. Clair obscur. Le ton est donné. L'album débute par "At Midnight", ballade sur laquelle la basse d'Adam Mitchell et quelques notes de guitare accompagnent les voix du trio féminin composé de Sophia Knapp, Linnea Vedder Shults et Wizard Smoke. Les voix rappelent celles d'un autre trio anglophone : Au Revoir Simone. Les Lights parviennent, grâce à cette chanson d'ouverture, à nous mener sur une voie dont le cadre ressemble à l'orée d'une forêt, les trois voix semblant puiser leur force dans cette même nature. Cette chanson se décompose en trois actes musicaux, dissociés les uns des autres par une montée en puissance des voix qui se termine par un cri : pour le moins déroutant ! Avec la deuxième chanson, "Break, Run, Fly", on entre à l'intérieur de la forêt : les voix se mêlent cette fois à une guimbarde, cris, suffocations et riffs vampiriques. Les Lights réussissent, grâce à cette chanson, à créer un climat nocturne - déconcertant lorsque l'on se nomme "Lights" ! "Branches Low", la seconde ballade de l'album, mène l'auditeur dans un climat de confiance avant "For You" et "Rise Up", chansons où les riffs de guitare accompagnés de la basse sont plus présents, ce qui, accompagné des trois voix, rend l'ensemble harmonieux. "Lick the Blood" est la chanson qui pourrait le mieux qualifier l'univers des Lights puisque celle-ci rappelle à la fois le psychédélisme, voire le vampirisme des Horrors ou un certain esthétisme musical, accompagné d'une lueur purement pop qui évoque une nouvelle fois les Au Revoir Simone. "Here We Go", intermède harmonique, laisse la place à "Sing it O - O - O", la chanson la plus déroutante de l'album puisque le chant, cette fois inexistant, fait place à des voix dont l'origine ne semble pas connue et qui évoquent des cris de loups... Enfin, la chanson cachée nous fait sortir de l'aventure musicale où les Lights nous avaient entraînés, les riffs sont plus mélodiques et les voix plus harmonieuses. Esthétisme et effroi. Clair et obscur. "Language of Stone", premier album déconcertant dont le fil conducteur serait les harmonies vocales mêlées aux riffs ravageurs de la guitare de Sophia Knapp, est basé sur le contraste de clarté et d'obscurité que les Lights parviennent brillamment à transcrire de manière musicale. Souhaitons donc que les Lights nous mènent une nouvelle fois sur des voies musicales pour le moins déconcertantes !

Florine Quesnel

At Midnight
Break Run Fly
Branches Low
For You
Rise Up
Lick the Blood
Here We Go
Sing It O-O-O
Untitled

 

Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals