Low - Secret Name

19/05/1999, par Loik Amis | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

LOW - Secret Name
(Tugboat/Import)

LOW - Secret NameCertains avaient vu dans "The Curtain Hits The Cast" le chant du cygne de Low. A tort. A peine 1 an après le mini LP "Songs For A Dead Pilot", le groupe sort un nouvel album, "Secret Name". A la première écoute, pas de surprise majeure : toujours cette batterie réduite à sa plus simple expression, cette guitare qui égrène quelques arpèges, et une note de basse par minute. Low n'a pas opéré de revirement stratégique pour raccrocher les wagons. Certes, ils ont découvert les craquements et les samples. Mais plus ils rajoutent d'instruments, plus on a l'impression d'entendre le silence. On ne se ballade pas en chaussures à crampons dans cet univers là, on y marche sur la pointe des pieds. Pour ne pas déranger ces trois personnes en train d'échafauder leur murmure, et pour s'entendre être ému. En ce sens, "Secret Name" est peut-être le meilleur album de Low.
On croise quand même quelques nouveautés. "I remember" et son sample bruit de fond, "Starfire", où le groupe s'énerve en doublant le tempo habituel (ce qui nous amène environ à 40 BPM) et ouvre ses mélodies, se risquant même à faire des choeurs "pop". On peut également enfin entendre "Will The Night", qui apparaissait sur "Songs For A Dead Pilot", sans les 47 chambres d'écho, mais dans une version symphonie de poche extraordinaire. La voix d'Alan Sparhawk est toujours aussi blanche et fragile, celle de Mimi Parker est toujours une caresse, même si parfois elle prend une chaleur inconnue jusque là et se casse comme saisie par l'émotion ("Days Of..."). On ne sait pas si ces deux-là convolent à la ville, mais le mariage de leurs voix suffit à produire de beaux enfants lunaires.
Low va beaucoup trop lentement pour les standards de notre époque. Rien d'étonnant à ce que certains aient déjà eu le temps, pour courir avant eux au devant du succès, de leur emprunter beaucoup de choses. Comme cette nonchalance dans le drame, cette mélancolie des catastrophes qui finiront bien par arriver.
Si les membres de Low regardent leurs chaussures, c'est parce que le ciel y prend une couleur de boue qui leur convient. On ne peut pas vraiment leur en vouloir. Finalement, ce n'est pas si souvent qu'on se voit dans le ciel.
Loik Amis

I Remember
Starfire
Two-Step
Weight Of Water
Missouri
Don't Understand
Soon
Immune
Lion/Lamb
Days Of ...
Will The Night
Home

 

Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews