Marcel Kanche - Dog Songe

05/05/2008, par Luc Taramini | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

MARCEL KANCHE - Dog Songe
(Irfan) [site] - acheter ce disque

MARCEL KANCHE - Dog SongeCultiver la discrétion comme un gage de liberté. Ne pas provoquer les choses, les laisser venir à soi. Avancer obstinément en creusant son sillon artistique au mépris des lois et des modes... voilà à peu près la méthode qu'applique Marcel Kanche, en grand artisan musicien qui aime se faire tout petit. Kanche, c'est d'abord un parcours sinueux à travers trois décennies de musique. Depuis les errements post-punk de son groupe Un Département à l'aube des années 80 jusqu'à sa renaissance discographique entamée depuis une quinzaine d'années avec des disques inclassables comme "Lits de chaux" ou "Vertiges des lenteurs". Kanche, c'est aussi une tribu composée de M, John Greaves, Nicolas Pabiot, Guillaume Nicloux, Akosh que l'on retrouve au gré de son oeuvre. Kanche, c'est surtout une patte, un style. Mélange de poésie abstraite et de rock frelaté, frotté au pain du jazz, du blues et de la chanson. Bref, l'homme ne se cherche plus mais cherche tout court. Dans un monde de bruit et de vitesse, "Dog Songe", son septième album, repousse un peu plus loin les limites du dépouillement et de la lenteur. Principalement habillées d'un piano, d'un violon et de guitares, ses chansons délaissent les autoroutes pour les sentiers forestiers. Chez lui, la musique sent la terre, l'humus. On flâne en sous-bois, à la lisière des labours, guidé par la fulgurance de l'écriture. D'entrée de jeu, "Va chevalier" projette la vision onirique d'un Don Quichotte se cognant aux Visiteurs du soir de Marcel Carné. A la plage suivante, l'orage des guitares gronde ("Débris") comme un gros matou surpris dans son sommeil. C'est pratiquement le seul coup de griffe de cet album marqué par une tonalité méditative qu'illustre à merveille "Homme à genoux", superbe mise à nu au piano. En cet instant, le chant de l'artiste, grave et épais, vacille et semble se briser contre des récifs imaginaires. Et puis, il se relance comme une incantation montant des tréfonds de son être, tout entier habité par la puissance du verbe. Plus loin, le disque s'offre une pause en clairière sur "A l'affût d'une carapace", joli duo homme/femme tapissé de guitares retenues. Sous l'effet des voix mêlées, le soleil tente une timide percée. Mais le disque continue de dérouler son spleen tourbeux jusqu'au très tourmenté "Ami sous les fleurs", un des sommets du disque où les guitares et les voix tourbillonnent comme un vol de corneilles. Déjà, un chien aboie, un violon sanglote, Kanche s'est tu. Quarante minutes se sont écoulées qui auraient pu être un siècle. "Dog songe" est un disque qui laisse entrer la lumière, raffiné sous des dehors rustiques, mélodieux sous la mélancolie austère. Peut-être le plus bel effort d'un artiste qui excelle dans l'art du peu.

A lire bientôt :
Une interview de Marcel Kanche !


Luc Taramini
Va chevalier
Débris
Homme à genoux
Endormi dans l'homme
À l'affût d'une carapace
Pluie de terre
Vase d'or
Y seras-tu?
Ami sous les fleurs
Chien de novembre

Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals