Marie Modiano - Interview

22/10/2008, par Luc Taramini | Interviews |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

MARIE MODIANO

Le nouveau Modiano est sorti. Pas un livre de Patrick, mais un disque de Marie. Avec "Outland", la fille de l'écrivain transforme l'essai et confirme tout le bien que l'on pensait de son talent de chanteuse depuis la sortie de "I'm Not a Rose" en 2006. Un rendez-vous est pris dans un café près du marché des Enfants Rouges. Comme dans son nouveau disque coréalisé par l'élégant Suédois Peter von Poehl, La Modiano cultive une tranquille assurance. Et aussi l'art de ne pas terminer ses phrases…

Marie Modiano

Que représente le titre de l'album, "Outland" ?

J'aimais l'idée d'un titre assez immédiat. On a enregistré l'album en Suède, à Göteborg, dans une zone industrielle, des docks. Et un jour entre deux prises, je me baladais seule autour du studio et il y avait ce nom de rue "ut land". En rentrant, j'ai demandé la signification de ce mot et personne n'a vraiment réussi à me l'expliquer. En fait, c'est ce qui est en dehors. Pour moi c'est très clair, ça correspond à quelque chose à la fois de rêvé et d'ailleurs.

Quelles envies particulières as-tu eues pour ce deuxième album ?

En fait, quand on débute c'est toujours un peu brumeux. Sur le premier album j'avais les contours, là j'ai voulu affiner les choses. J'ai voulu que cet album soit comme une promenade avec des changements d'humeur comme des changements de saison. Après, dans le détail, au fur et à mesure que j'écrivais les textes, une sorte de fil conducteur est apparu, et puis aussi des filiations entre les chansons, même si chacune garde une identité propre. Au niveau de la production, avec Peter, on voulait quelque chose de petit mais de musclé, avec des correspondances.

On a l'impression que c'est un album plus libre que le premier, que tu te sens plus en confiance pour tenter des choses...

Oui, je me suis libérée de pas mal de choses. Même si on a l'habitude d'entendre que le deuxième album est souvent un cap difficile, pour celui-ci, l'écriture et l'enregistrement ont été assez fluides. Peu à peu, la méthode de travail se met en place et s'affine.

Depuis le premier album ("I'm not a Rose") est-ce que tu as eu le sentiment de progresser dans un domaine en particulier ?

Peut-être tout simplement dans la façon d'être encore plus au service de la chanson. C'est-à-dire d'arriver à la sculpter de plus en plus près, de mieux réfléchir encore aux choix des mots, à leur rythme, etc.


Et au niveau de ta voix ?
A force de chanter et de faire des concerts, ma voix s'est musclée presque naturellement. Et puis, avec toutes les cigarettes aussi...(rires). On parlait de tout ça avec Peter et lui disait qu'avant le quatrième album, ce sont des albums "enfants". Le quatrième, c'est l'adolescence... Ce qui est intéressant, c'est à la fois le travail conscient et tout ce qui évolue malgré soi quand on passe du temps à faire la même chose et à être concentré sur une tâche.


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews