Mélanie Pain - My Name

15/10/2009, par Gildas | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

MÉLANIE PAIN - My Name
(Cinq 7 / Wagram) [site] - acheter ce disque

MÉLANIE PAIN - My NameAlors que la blague Nouvelle Vague commence (un peu) à fatiguer les auditeurs, les chanteuses du projet se dispersent et sortent leurs albums l'une après l'autre. On a déjà parlé de Phoebe Kildeer, maintenant c'est au tour de Mélanie Pain. Quand une interprète d'un groupe à succès se lance en solo on peut très souvent craindre le pire. Mais comme la belle est suffisamment intelligente pour savoir s'entourer, elle a étoffé ses chansons avec des contributions diverses et variées de collaborateurs de talent. Au fil des chansons, on croise nonchalamment Julien Doré et Thomas Dybdahl venus prêter leurs voix, Villeneuve pour la musique et Jacques Duvall pour certains textes. Le nombre d'intervenants explique pourquoi cet album est aussi divers. Chaque chanson a son propre style, Mélanie passe d'une soul 60's ("Bruises") à un folk intimiste ("Peut-être pas"), à une pop kitch limite cabaret ("If You Knew"), à une americana douce comme du Calexico ("La Cigarette") sans se soucier du qu'en-dira-t-on. Et pourquoi s'en soucierait-elle ? Ses partenaires de jeu lui ont donné des chansons superbes avec de belles mélodies et des arrangements de toute beauté. Chaque chanson est un univers propre qui sonne différent et juste à la fois.

L'unique fil rouge de l'album est la voix douce et sucrée-salée de Mélanie qui s'invite, plus qu'elle ne s'impose, dans chaque chanson. Mélanie n'a rien d'une diva, elle a des limites vocales (entre Francoiz Brrr et Jane Birkin) qu'elle accepte et dont elle se joue. Elle s'impose une certaine réserve et susurre plus souvent qu'elle ne chante. Les chansons lentes deviennent familières, intimes. Sur une chanson comme "Helsinki", un duo avec Julien Doré et la plus belle réussite de l'album, ce côté intimiste est renforcé par le ton mélancolique du texte. Le seul bémol à cet album vient des chansons en anglais qui virent un peu au gimmick. Une mauvaise langue de mon entourage a dit "on dirait Marylin Monroe avec l'accent de Raymonde Bidochon". Mais on lui pardonne facilement et je réécoute cet album plus souvent que le dernier Nouvelle Vague.

Gildas

acheter ce disque


Peut-être Pas
Ignore moi
Bruises
Helsinki
My Name
Little Cowboy
La Cigarette
Celle de mes 20 Ans
L'Espace d'un instant
Everything I Know
Sans l'ombre de toi
If I Knew


Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals