Melodie Group - Updownaround

27/08/2003, par David Larre | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

MELODIE GROUP - Updownaround
(Matinée Recordings)

Un joli disque hanté par le passé, comme échappé de la page 1984 de votre mémoire affective : rappelez-vous, c'était l'année de "Hatful of Hollow" (the Smiths), "Spring Hill Fair" (the Go-Betweens), "Rattlesnakes" (Lloyd Cole and the Commotions) ou encore "Pacific Street" (the Pale Foutains). Voilà, vous y êtes : la même production fruste, les rythmiques sèches, les ourlets de guitare, les poussées de lyrisme, le désenchantement précédant l'âge mûr. Nous avons tous été adolescents sur ces musiques parfois découvertes sur le tard et, d'une certaine manière, avec elles nous le resterons. Alors, qu'un certain Roy Thirlwall, par ailleurs chanteur et guitariste des Windmills, se mette à écrire depuis ce lieu intime de notre passé a quelque chose d'un mystère alchimique que je me garderai bien de chercher à dissiper. On ne peut même plus appeler cela du mimétisme, car Melodie Group échappe en général à la comparaison ou bien l'assume jusqu'au vertige : à plusieurs reprises, par exemple sur "Bathtub full of Water" ou "Inner Space 1971", tout l'univers de Felt nous est redonné en madeleine savoureuse. Comme le premier morceau semble vraiment sortir des prises de "Poem of the river" (échos des thèmes, des accentuations vocales, de l'accompagnement) on peut supposer qu'il s'agit là d'un hommage énamouré à cette musique fondatrice : bienheureuse réminiscence. Ailleurs, le groupe ne ressemble qu'à lui-même, mais parlant depuis son jeune âge une langue musicale devenue seconde nature, il convoque au passage, presque par hasard, tous ces glorieux fantômes, sans que nous puissions reconnaître tout à fait l'un ou l'autre. Le narrateur de la Recherche entrant au fameux "bal des têtes" ne serait pas moins égaré que l'auditeur de ces pop-songs. Musique sans avenir mais grosse de son passé, "Updownaround" a un énorme public potentiel et la production la plus pauvre du moment. Anomalie désuète ou miraculeuse nostalgie ? À vous de juger.

David

Everybody loves you
Hold
Bathtub full of water
When love comes along
Xiao
Hairdresser in the sky
Inner space 1971
I do not not love you
Butterfly : Tart
Summerness

Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews