Micah P. Hinson - Interview

06/06/2008, par Jean-Charles Dufeu | Interviews |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

Qu'on se le dise, Micah P. Hinson est jeune, Micah P. Hinson est talentueux. Et Micah P. Hinson est super sympa. Vous pouvez arriver près d'une demi-heure en retard pour l'interviewer et c'est quand même lui qui vous remerciera chaleureusement à la fin de l'entretien. La tête froide et bien sur les épaules, avec sa jeune épouse flanquée à ses côtés, Micah se moque de correspondre ou non au cliché que sa musique peut véhiculer et répond en toute humilité aux questions de la presse. Ça donnerait presque envie d'arriver toujours en retard...


J'ai lu beaucoup de choses sur toi, j'ai écouté ta musique aussi... et je m'attendais plutôt à trouver un sexagénaire en face de moi pour cette interview. Quel est ce mystère ?
Tu veux dire, comment se fait-il que je ne sois pas si vieux ? (Rires) J'imagine que la confusion vient du fait que j'ai accumulé beaucoup de vie en une durée très courte. Ça remonte à très loin. J'ai voulu grandir trop vite. J'ai fait de nombreuses choses, dont un certain nombre n'était pas forcément à faire. Mais je ne sais pas pourquoi les gens s'attendent à ce que je sois si vieux. Je présume que la voix joue pour beaucoup. Je sais que mon parcours a été assez... disons que j'ai eu mes sales moments, et je pense que c'était un peu délibéré de ma part de me mettre dans des situations pas faciles. Alors que d'autres à mon âge n'avaient pas encore quitté le foyer familial. Mais je pense quand même que la voix grave est le principal motif.

Tu sors des disques de façon très régulière ces dernières années. Est-ce que tu penses que c'est un rythme que tu pourras suivre encore pendant longtemps... jusqu'au moment où tu seras vraiment sexagénaire ?
J'espère vraiment que oui. J'ai essayé pas mal de choses dans ma vie mais la musique ne m'a jamais demandé autant d'efforts que le reste. Je pense que l'une des raisons pour lesquelles je sors des albums aussi souvent, c'est parce que quand j'étais jeune, l'un de mes groupes préférés était The Cure, et je devais toujours attendre au moins quatre ans pour écouter l'album suivant. A chaque fois, je me disais "mais bon sang, qu'est-ce que vous foutez ? Vous ne pouvez pas vous mettre au boulot et enregistrer douze chansons sur un disque, espèces de fainéants ?" En réalité, ils n'étaient peut-être pas si fainéants, ils avaient peut-être un tas de bonnes raisons pour prendre leur temps. Quoi qu'il en soit, je ne veux pas que les gens qui écoutent ma musique s'ennuient ou bien oublient ce que je fais, ou même oublient que j'existe. Donc j'enregistre un album tous les ans, ou quelques EP, et ça fait beaucoup de sens pour moi. Quelque part, je me dis que j'ai de la chance de pouvoir le faire, donc je ne vois pas pourquoi je m'en priverais. Mais j'espère que j'aurai la sagesse d'arrêter au moment où il le faudra. Si je n'ai plus l'inspiration, ou si je me sens devenir mauvais. Je ne le ressens pas comme ça pour le moment donc j'en profite. J'ai beaucoup de respect pour Neutral Milk Hotel. Après avoir enregistré "In the Airoplane Over the Sea", le groupe a arrêté, sans doute parce qu'il pensait qu'il ne pourrait pas aller plus loin que ça. Ils sont vraiment partis au pinacle de leur carrière. En revanche, Interpol, après "Antics" aurait peut-être dû avoir la sagesse d'arrêter. Mais ils ont continué pour faire la même chose. Donc oui, j'espère que je resterai prolifique pendant longtemps, mais que je jetterai l'éponge au moment où il le faudra.

Je suis surpris par les références que tu cites, Interpol, Neutral Milk Hotel, Cure... Compte tenu de ta musique, on pourrait s'attendre à t'entendre citer Neil Young, Johnny Cash, etc.
En fait, ces gens-là ne font pas tant que ça partie de mes références. J'ai été élevé au Texas, mais je n'ai jamais trop écouté de musique Country ou ce qui s'en raproche. Country et Folk étaient des gros mots pour moi pendant une partie de mon enfance. C'était comme insulter ma mère. Je n'ai jamais écouté la discographie de Neil Young. J'ai commencé à écouter Johnny Cash quand les gens m'ont comparé à lui... Même chose pour Dylan. Mais j'ai surtout grandi en écoutant The Cure, Depeche Mode, Nirvana, etc. Des choses qui n'ont pas grand chose à voir avec ce que je fais. Ça me semble un peu plus marrant comme ça d'ailleurs.

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals