Micah P. Hinson - And the Gospel of Progress

18/03/2005, par Luc Taramini | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

MICAH P. HINSON - And The Gospel Of Progress
(Sketchbook / La Baleine ) Achetez ce disque

MICAH P. HINSON - And The Gospel Of ProgressIl est des destins frappés par la malchance et miraculeusement rachetés. Celui de Micah Paul Hinson est de ceux là. Originaire d'Abilene au Texas, le jeune homme devient à la fin des années 90 membre actif de la scène musicale locale. C'est à cette période qu'il se damne pour une femme, mannequin sur les couvertures glacées de Vogue et veuve d'un illustre rocker local. Cet amour incandescent l'a précipité un peu vite dans l'enfer de la drogue, de la banqueroute et de la prison à l'âge où d'autres vivent encore chez papa-maman. A force de volonté et de bienveillance de toute part, notre "Boudu" a trouvé la force de se sauver des eaux et d'enregistrer les chansons qu'il n'a jamais cessé de composer sur des instruments de fortune, même quand il touchait le fond. Entouré de ses amis du groupe The Earlies, il a réalisé un disque de country alternative à la fois rugueux et lyrique, sombre et lumineux, mettant en avant des compositions écorchées habillées d'arrangements de cordes soyeux. Impossible de ne pas résister au frisson de cette voix éraillée et de ses folk songs fragiles que sont "Don't You", "The Possibilities", ou encore la superbe ballade "Stand In My Way" où le songwriting atteint des sommets. Au fil des morceaux, la musique de Micah P. Hinson se fait enveloppante comme des volutes de fumée, caressante même, révélant des bleus à l'âme parfois encore à vif. Côté référence, l'album s'inscrit dans une filiation musicale élégante et racée qui fait briller les étoiles de Spain, Sparklehorse, Will Oldham et Johnny Cash. C'est souvent beau à pleurer, parfois un peu trop capiteux, comme l'encens, mais la lumière de la rédemption qui passe par un soupirail étroit est à ce prix. A en juger par la pochette où pose un modèle corseté, l'homme n'est pas tout à fait libéré de ses vieux démons amoureux, mais qu'importe. Quand l'album se referme, le silence devient vite intolérable, c'est peut-être ça la marque d'un grand disque.

Luc Taramini

Close Yours Eyes
Beneath The Rose
Don't You (part 1 & 2)
The Possibilites
As You Can See
At Last, Our Promises
I Still Remember
The Nothing
Stand in My Way
Patience
You Lost Sight on Me
Caught in Between
The Day Texas Sank to The Bottom of The Sea


Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals