Michel Cloup - Interview

31/08/2011, par | Interviews |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

Michel Cloup, co-fondateur de Diabologum et d'Expérience, sort cet automne son premier album solo, intitulé "Notre Silence". Ce dernier projet, qu'on devine évidemment bien plus intimiste, nous offre une nouvelle facette d'un des auteurs les plus singuliers et les plus intéressants depuis les années 9O. 

 Michel Cloup

Pourquoi ce recentrage sur "ton histoire" ? Etait-ce devenu nécessaire pour toi ?

L'été dernier j'ai perdu ma mère après trois ans de lutte contre la maladie. J'ai passé les deux dernières semaines de sa vie à son chevet. J'ai beaucoup pensé à ce moment-là, ça a été une étape importante dans ma vie. Il fallait que ça sorte. J'ai donc écrit des chansons, c'est ce que je sais faire de mieux. J'avais envie d'un virage important sur ce premier album sous mon nom. J'étais lassé par Expérience, il était temps de passer à autre chose, au niveau des textes et aussi musicalement.

Tes textes sont dans l'ensemble assez explicites. J'ai l'impression que tu pourrais presque citer des noms, que tu pourrais raconter ta vie et ton environnement dans sa réalité la plus pragmatique. Y a-t-il une part de fiction ? 

Il y a deux titres "fictionnels", "Le cercle parfait" et "Un film américain". Tout le reste, c'est du vécu à 100%.

Les textes semblent très personnels mais l’analyse et la distance que tu y mets permettent à l’auditeur de souvent s’identifier à ton quotidien. Es-tu d’accord avec ça ? Etait-ce voulu ?

J'ai toujours aimé le fait que l'on puisse s'approprier un texte pour lui faire dire ce que l'on a envie de lui faire dire. Pas mal de gens m'ont dit avoir été touchés par ce disque car il résonne avec leur histoire, qui n'est pas forcément la même que la mienne. C'était l'idée. Mon histoire n'a rien d'exceptionnel, j'avais envie de me livrer avec une certaine distance, malgré tout, et en évitant le maximum de pathos.

Et je suis ravi que d'autres puissent se l'approprier, et surtout qu'ils soient touchés.

J'ai fait ce disque pour me sentir moins seul et j'espère qu'il procure la même sensation à l'écoute.

Est-ce que tu avais des références, d'artistes ou de morceaux, pour la manière dont tu voulais faire sonner cet album ?

J'écoutais beaucoup "A river ain't too much to love" de Smog et j'avais envie de cet espace, de cette simplicité, de ce vide, et de cette puissance à travers la simplicité et le silence.

On sent les morceaux paradoxalement à la fois plus étirés et plus intenses, plus incisifs qu’auparavant. Es tu d’accord avec ça ? Etait-ce voulu dès le départ ?

Je ne sais pas si j'emploierais le mot incisif, mais je suis d'accord avec tout le reste.

Tout ça est venu instinctivement, il n'y a pas eu beaucoup de discussions avec Patrice (Cartier-le batteur). On avait envie de prendre notre temps et de faire vivre cette musique, c'est tout. Nous voulions un disque de musiciens, qui respire. Il a été enregistré en live, en 3 jours. 

Vas-tu continuer ce projet "Michel Cloup" ? Quels autres projets as-tu ?

 Oui, ce projet va bien sûr continuer. Je vais travailler sur les répétitions de Diabologum en parallèle pour notre concert des Rockomotives. Je vais aussi travailler avec Binary Audio Misfits sur un nouvel album.

 Où et quand écris-tu ?

Tout le temps, dans ma tête. Je prends parfois des notes. Et puis un jour, j'accouche.

Que penses-tu de la scène indépendante française actuelle ?

 Bien meilleure qu'il y a 10 ans, je trouve juste dommage qu'il n'y ait pas plus une identité française au lieu de cette identification anglo-saxonne quasi-obligatoire. 

Et les tournées, tu aimes toujours ça ?

 On dirait ! C'est plus qu'un plaisir, c'est une drogue.

Qu’est ce qui a poussé à la reformation de Diabologum ? Sera-t-elle éphémère ?

C'est la proposition des Rockomotives qui a fait Tilt ! Il y avait une envie depuis un ou deux ans, mais nous étions toujours timides là-dessus. Je ne sais pas si elle ira plus loin qu'un concert, nous verrons bien.

 

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» toutes les interviews