Mimi Secue - Naila

27/03/2006, par David Larre | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

MIMI SECUE - Naila
(Karate Joe) [site]

MIMI SECUE - NailaSur la pochette de leur quatrième album, les Autrichiens de Mimi Secue exposent deux jumeaux en culottes courtes à un troupeau d'oies en apparence placides. En ces temps de grippe aviaire, on a vu mesure plus prophylactique. Mais, on peut le dire sans faire honte à personne, c'est sans doute l'acte le plus dangereux dont le groupe soit capable. Parce que sa musique, "slowcore de très bonne tenue" selon un collègue avisé, oscille le plus souvent entre la douceur et la subtilité, l'onirique et le cotonneux. Rien pour défier Godspeed sur le terrain accidenté des musiques cyclothymiques. Rien que de petites compositions linéaires misant tout sur le détail et le relief des sonorités, égrenant les notes comme les perles d'un collier de verre : joli contrepoint de la guitare et du piano, agrémenté d'un peu de pedal-steel sur le "Naila" d'ouverture, pop mélancolique tenue par la voix embrumée de Christian Jurasovich sur "Something Sometimes", miniature électro-folk délicate pour "Far Away", les morceaux accumulent ces petits riens qui les individualisent et permettent de fixer, touche après touche, une fresque vaporeuse. A partir du très beau sixième morceau ("Not Your Fault"), le disque sombre lentement dans une douce neurasthénie, accentuée par une voix au bord du chuchotement et des guitares cherchant le son le plus sourd. Une lente chute sans vertige et sans gravité, qui n'est pourtant pas sans susciter l'émotion, entre l'angoisse diffuse et la joie timide, là où la différence entre le gris-bleu et le bleu-gris est fondamentale.

David Larre

Naila
Something Sometimes
Far Away
Farewell
Pilot
Not Your Fault
Winter
Grey
Rats
Taste


Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews