Mojave 3 - Interview

29/10/2003, par Gildas | Interviews |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

Question bête, tu peux m'expliquer le titre ?

Hum... Non, pas vraiment. (rire) en fait, "Rafter" c'est quelqu'un qui voyage en raft. Et "Spoon" on pensait que ça voulait dire un truc comme "être bêtement amoureux"... (rire)

Comment vous est venue l'idée de demander des versions remix de "Bluebird of Happiness" ?
En fait, on a eu des demandes, ils voulaient faire de remixes de Mojave 3 et j'en avais fait aussi pour mon album. On s'est contenté de leur donner l'album et on leur a laissé le champ libre. Ils ont tous décidé de refaire la première chanson de l'album. Je ne sais pas bien ce que 4AD en a fait. Il me semble qu'un EP vinyl est au programme mais je ne sais pas si ce sera très diffusé.
J'aime bien ces remix. Ils sont plutôt bons. Je les écoute régulièrement. Ce qui est marrant c'est que personne n'a utilisé le milieu de la chanson. Ils ont juste gardé ses 2 extrémités. C'est intéressant de voir ce que quelqu'un d'autre fait de notre musique. Parfois c'est mieux que d'autres mais comme exercice créatif, c'est assez intéressant. Ensuite il faut voir si ça intéresse quelqu'un d'autre que nous... (rires).

Tu connaissais Manitoba ou Ulrich Schnauss avant qu'ils ne se lancent sur les remix ?
Pas personnellement, mais je connaissais et j'appréciais leur musique. Encore une fois il n'y avait pas de démarche "hey on va faire un disque de remix !" on était juste curieux de ce que notre musique pouvait donner dans les mains des autres et ensuite 4AD a voulu en faire un disque. Et bien sûr c'est plus leurs créations que la nôtre maintenant mais en même temps il y a toujours une part de nous dedans... C'est assez étrange.

Est-ce que tu t'es dit mince, j'aurais dû faire ça moi-même !
Oui, sur la version de Manitoba. Ça m'a frappé. Ils ont approché la chanson par un angle complètement différent et je le trouve vraiment très bien.

Après 4 albums sur 4AD, tu te sens bien sur le label ?
Oui, c'est un peu la maison, on les connaît bien maintenant, ils nous laissent faire ce qu'on veut, ils sortent les albums sans rechigner. Ils ne nous disent jamais de reprendre quoique ce soit. Ils nous permettent de faire ce qu'on veut.

Et d'avoir votre studio à vous ça contribue à cette liberté ?
Oui, on a besoin d'assez peu de choses en fait pour faire un disque. Mais quand on doit utiliser le studio de quelqu'un d'autre ça peut finir par coûter plus, et on n'a pas la même liberté. Là, avec notre studio, c'est plus simple. On y laisse nos affaires, on y va quand on veut, il y a un minimum de contraintes.

Le producteur, comment intervient-il dans cet espace de liberté ?
Mark Van Owen a travaillé avec nous depuis le second album. En fait, je ne pense pas qu'on serait tenté de travailler avec quelqu'un qu'on ne connaît pas, surtout pour celui-ci. Si quelqu'un nous demandait de travailler avec nous on y réfléchirait, mais c'est une question difficile. Parce qu'on a nos idées à nous qui sont bien établies et nous essayons de travailler avec quelqu'un qui comprend ces idées et dont on sait qu'il les respectera plutôt que de travailler avec quelqu'un qui ferait son truc à lui sans trop nous consulter. En fait on s'est fait avoir au début de l'enregistrement du second album en travaillant avec un producteur. On a gaspillé tellement de temps, d'argent. Il y a eu tellement de matériel qu'on a dû jeter. Ça nous a fait mal. Le problème, c'est de travailler avec la bonne personne et pour le moment cette personne, c'est Mark.

Tu as une idée de ce que le public va penser du disque ?
Non, pas vraiment, j'espère juste qu'ils vont avoir une sensation douce et chaude et qu'ils voudront le réécouter... Nous faisons des disques de façon très égoïste en fait. On fait des disques pour nous en premier lieu et ensuite on espère que ça touchera les gens. Mais on ne pense jamais aux autres en écrivant.

Tu as pensé quoi de "Blue Skied And Clear" le tribute à Slowdive de Morr music ?
Je n'ai pas trop suivi l'affaire avant la toute fin. Et puis Thomas m'a envoyé un Cd et ça m'a fait bizarre toutes ces reprises. C'était assez génial quand même et la plupart des groupes qui ont fait des reprises sont des groupes que j'écoute et que j'aime. C'était bizarre mais très agréable. Je n'y ai pas pensé plus que ça en fait. C'est vraiment un beau compliment qui a été fait à Slowdive. C'est juste un peu bizarre... Ce qui est bien c'est que certains auditeurs iront peut-être réécouter les premiers albums. C'est vraiment bien de savoir qu'on a eu une certaine influence (si on peut parler d'influence), c'est très bien d'être reconnu. Mais je ne fais pas de la musique pour ça. Avant tout, je m'amusais quand je faisais de la musique avec Slowdive, je m'investissais beaucoup et je laissais des traces de moi dans les disques mais je prenais beaucoup de bon temps et c'est très agréable de voir qu'en étant sincères nous avons touché un public.

Merci à Clarisse.

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews