BO Nina XXX - One Night With My Porn Star

04/02/2005, par Gildas | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

BO NINA XXX - One Night With My Porn Star
(Lane / Discograph)

BO NINA XXX - One Night With My Porn StarUn cd + un DVD bonus ou un DVD + un CD bonus, l'objet est un bizarre hybride genre zèbre à pois ou girafe à rayures.
Le DVD contient un court métrage racontant la schizophrénie au quotidien d'une actrice porno à la réputation naissante, Nina X, et de son alter ego, Sophie. Le décalage entre les deux personnalités est frappant, le commentaire, plein de retenue, en rajoute encore dans la dissociation. En 20 minutes, des questions se posent, personne n'y répond, une sensation de vide se crée et finalement j'aime bien.
Le CD enfonce le clou de la schizophrénie un peu plus profondément. Sous le thème plus ou moins rassembleur de l'electro crade et de la techno vicelarde, ce lupanar rassemble une troupe dépareillée qui se lance dans une partouze improvisée. Comme dans tout bon club échangiste, il y a des sommités locales (Laudanum - outrancier, bruyant et dansant), du beau linge venu de loin (Primal Scream - distant, blasé, mais chic), des putes de luxe (AS Dragon - une reprise superfétatoire mais bien exécutée), d'ex fashion-victimes défraîchies (Trash Palace - navrant à force de vouloir être sans jamais être vraiment), des sévèrement bien membrés (Petit Vodo - efficace cocktail blues/rock electro ) et des petites bites actives (Yé-yé - rythmes dansants et voix suraiguë irrésistible). Il y a aussi une allumeuse un peu prude (Ginger Ale - parfaits dans leurs habits electro-pop proprets mais sexy) et une vierge qui se pâme (Ghinzu - en contre-pied du reste des invités avec une balade au piano faussement mièvre qui offre une respiration bien venue). Après 42 minutes, cette compile épuise et la diversité ambiante dessert largement les artistes. Comme dans un porno, il n'y a pas d'histoire, juste une succession de scènes rapidement exécutées. Elles ne sont pas tout à fait pareilles mais en fin de compte il n'y a pas tant de positions possibles qu'il n'y parait a priori et forcément, ça lasse (salace ?).

Gildas Le Pallec

Everybody's Got to Learn Sometimes (AS Dragon)
Oh my Goodness (laudanum)
Some Velvet Morning (Primal Scream)
Outside (Park)
Porn Cocktail
Big Star (Petit Vodo)
Sweet Love (Ghinzu)
Then (Ginger Ale)
The End of the Beginning (Ye-Ye feat. Tahiti 80)
Love Suicide (Trash Palace)
Simulation Nina (Nina xxx)
Dragonfly (Park)

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» toutes les interviews