Octavius - Interview

09/10/2002, par Sylvain Bertot | Interviews |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

 

OCTAVIUS

OctaviusOctavius, c'est le coeur d'Octavius & 4AM, duo/groupe auteur en 2000 d'un album de hip hop industriel et étouffant passé malheureusement inaperçu, "Electric Third Rail". A quelques mois d'un nouvel album, le rappeur/producteur nous en dit un peu plus sur son passé, ses goûts, ses projets, la conception du premier album, celle du prochain.

Apparemment, tes racines sont profondément hip hop. Tu peux nous parler de ces scènes que tu as partagées avec les Lost Boys et Foxy Brown et qui sont mentionnées dans ta bio ?
J'ai vécu longtemps à Atlanta. Mon père gérait un de ces hôtels à bas prix qui ont toujours été un havre pour les prostituées et les dealers. C'est là que j'ai commencé à vouloir développer mes talents d'écriture et de emceeing. J'ai pris l'habitude de contacter les radios locales et de leur demander d'y rapper en direct. Une longue histoire. J'ai fait des drops pour un DJ appelé Cliff Mack (pour ceux qui l'ignorent, un "drop" est l'intro d'une session de DJ où tu dis combien le DJ et la radio sont bons). Nous sommes devenus amis et il m'a permis de faire les premières parties de n'importe quel artiste qui venait à se produire en ville. Le fait que cela ait été Foxxy Brown et The Lost Boys n'a pas la moindre importance. Je voulais juste un public. A cette époque, il n'y avait pas vraiment de scène underground à Atlanta, je devais donc chercher les foules là où elles étaient. Je faisais des trucs de battle plus directs à l'époque, dans le style de RZA, Ras Kas, Nas ou Ghostface.

Tu as fait un séjour en Allemagne autour de 1995. Cela a-t-il changé ta façon d'appréhender la musique ?
Complètement. J'ai réalisé combien le hip hop et la culture black en général étaient devenus fermés sur eux-mêmes. Dans les autres pays, si tu es un Noir Américain, tu es perçu comme une porte d'entrée vers toute cette culture. Je me suis aussi aperçu que les gens là-bas ne catégorisaient pas le hip hop en "mainstream," en "underground," ou en "east/west coast". J'ai réalisé que ce qui importait chez eux était davantage la qualité musicale que les implications sociales - ce qui était un truc fantastique. J'ai fait mes premières sorties en club là-bas, car l'âge d'admission y était souvent de 16 ans. J'ai découvert la drum'n bass, des remixes malsains de Björk et de la techno très dure à Berlin. Vivre en Allemagne m'a permis de combler le fossé entre hip hop et musique électronique. Je dois pour toujours une dette à mes années 1994/95.

En d'autres mots, quelle transition rattache la musique proposée sur Electric 3rd Rail au hip hop traditionnel.
Je ne suis pas certain de savoir ce qu'est le "hiphop traditionnel". Je pense que chaque artiste a sa propre voix, mais que les labels ont regroupé des artistes et canonisé leur son pour vendre davantage de disques. Si Pete Rock décide de se baser sur des breaks jazz pour faire un album, ce sera de l'art. Si Dr. Dre choisis des samples de funk et se concentre sur les basses, c'est de l'art. Si RZA choisit des beats off-time et mets du piano par-dessus (etc. etc.). Electric 3rd Rail c'est notre voix. Je pense que le véritable esprit du hip hop est de créer de la matière nouvelle. Octavius sont beaucoup plus hip hop dans l'esprit que les Dilated Peoples ou qui que ce soit à cause de ça. Nous essayons d'assembler une musique qui soit autre chose que l'écho de l'idée d'un autre. Je pense que le Dummy de Portishead est un grand album hip hop. Je pense que beaucoup des travaux de Trent Reznor sont le résultat du hip hop. Il l'a avoué lui-même dans des interviews.

Electric 3rd Rail a été crédité à Octavius et à 4AM, et il y a d'autres artistes sur l'album. Alors que le maxi Modern Chairs qui est extrait de l'album ne mentionne qu'Octavius. Alors, qui est Octavius ? Toi (William Marshall) ou le groupe ?
Les deux. Electric 3rd Rail est crédité à Octavius et à 4AM parce que ce dernier a jugé qu'on ne lui accordait pas assez d'attention. Toutes les sorties prochaines seront créditées à Octavius (le groupe).

Tu peux nous parler de ce concept de "son de la ville" qui anime Electric 3rd Rail et qui est détaillé sur le CD ?
J'ai vécu quelques temps à Hawaii après la séparation d'Octavius version 2 (nous en sommes à la version 5). Quand je suis revenu à Oakland, je devais prendre le train pour San Francisco pour me rendre à mon boulot. Le train devait aller sous la baie (environ 5 km) pour arriver à destination. Ce voyage sous la mer m'inspirait tout un tas d'idées, comme d'autres modes de transport public. La ville me paraissait aussi plus lourde et plus bruyante que ce dont je me souvenais. C'était juste avant l'explosion de la bulle spéculative sur Internet, et la ville était retentissante d'activité. Les clubs étaient remplis tous les soirs de la semaine parce qu'il y avait tout un tas de jeunes gens les poches bourrées d'argent. De plus, 4AM avait quelques beats qui me paraissaient épouser le concept de ville bruyante, nerveuse et palpitante. Nous sommes partis de là en quelque sorte. Je prenais le train pour aller chez lui (il habitait à environ trois heures) pour échanger des idées et des disques. Nous avons tout fait sur sa MPC, sa Roland 880, son Shure SM-57 et un horrible Gemini mixer.

les derniers articles


»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals