Of Montreal - La Maroquinerie, Paris, le 14/12/2007

02/01/2008, par Marie Gallic | Concerts |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

OF MONTREAL - La Maroquinerie, Paris, Le 14/12/2007

Of Montreal, La Maroquinerie

La petite salle parisienne est pleine à craquer. L'auditoire est joyeux mais impatient. Il attend avec ferveur non pas une bande de bûcherons canadiens, comme le nom pourrait le faire croire, mais l'un des plus (d)étonnants groupes pop-rock-disco-funk-hippie : Of Montreal, débarqué de Géorgie.
C'est sur les douze époustouflantes minutes de "The Past Is a Grotesque Animal" que les auteurs de "Hissing Fauna, Are You the Destroyer ?" (soit, l'un des disques marquants de l'année) font leur entrée. Costumes colorés, funky et glam, vidéos psychédéliques en fond, c'est parti pour un trip psychotrope. Les titres, et les mini-tubes encore trop méconnus, s'enchaînent. L'album précédent, "The Sunlandic Twins" et ses pépites disco-dansantes sont passés en revue sous le contrôle d'un public de connaisseurs.

Of Montreal, La Maroquinerie

Ça manifeste son enthousiasme, ça braille en guise de chœurs en écho au chant de Kevin Barnes. Bref, on se demande vraiment pourquoi ce groupe brillant (tant par les chansons que par les strass et paillettes déployés sur scène) a eu besoin de onze albums avant de rencontrer un succès amplement mérité !

Of Montreal, La Maroquinerie

On se souvient alors de leur prestation hallucinée en mai dernier dans la salle confinée de l'Ubu de Rennes. Deux heures et demie de pure folie ! On les trouve alors quand même bien sages nos cinq zozos sur la scène de la Maroquinerie... Heureusement, à mi-concert, Kevin Barnes s'échappe quelques instants pour troquer son habit de ville pour sa fameuse combinaison moulante assortie de bas résilles et de ses inusables bottes de sept lieues bleues. Mais le grain de folie qui les faisait passer pour de doux dingues, qui les poussait en fin de concert à se prendre (réellement !) pour David Bowie ou les Beatles ou à chanter le dernier morceau perché au sommet d'un escabeau... manque un peu. Où est passée cette touche d'absurde et de grand guignol, qui avait certes un peu effarouché le public de l'Ubu à l'époque, mais qui rendait le set tellement plus spontané ? On fait peut-être un peu la fine bouche, mais, qui a vécu leur concert de malades à l'Ubu, ne peut que se dire que la guérison qu'ils affichent à la Maroquinerie ne leur sied pas si bien "Of Montreal, redevenez fous et rendez-nous fous avec !"

Marie Gallic

A lire aussi :
La chronique de "Hissing Fauna, Are You the Destroyer ?"
La chronique de "The Gay Parade"



les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews