Okkervil River - The Stand Ins

07/11/2008, par Judicaël Dacosta | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

OKKERVIL RIVER - The Stand Ins
(Jagjaguwar / Differ-ant) [site] - acheter ce disque

OKKERVIL RIVER - The Stand InsUn an seulement après "The Stage Names", Okkervil River revient déjà vers nous, avec sous le bras, un album très cohérent. Dès les premières notes, on reconnaît le son du groupe de Will Sheff, désormais seul aux commandes. Jonathan Meiburg ayant obtenu la garde du deuxième garnement du couple, Shearwater. Après une intro instrumentale, on entre dans l'album par la grande porte avec le somptueux "Lost Coastlines". Guitare folk en tête, le morceau démarre comme un mid-tempo sympathique, quand peu à peu, les instruments s'invitent. Basse sautillante, rythme enlevé et arrangements ingénieux font de ce titre un single parfait. La voix de Will Sheff, toujours aussi inimitable, mène sa troupe de ballades en rocks assumés. Et l'auditeur dans tout ça, sait trouver sa place. Celle que le groupe lui réserve depuis déjà cinq albums. De 2002 à aujourd'hui, ils ont acquis un brin de gloire, avec les deux derniers opus classés dans les charts américains, mais ont conservé leur identité. Celle qu'on retrouve dans un morceau comme "Our Life Is Not a Movie Or Maybe" en 2007, et qui est encore présente dans ce "Singer Songwriter", riff de guitare country guidant le chant et batterie rebondie martelant les mots de Sheff.

La première partie du disque s'achève sur "Blue Tulip", premier moment de répit, respiration en forme de ballade aérienne amenée à imploser. "Pop Lie" remet le couvert dans la foulée, avec une guitare électrique très présente, sur de multiples solos et riffs tranchants. L'apparition finale de la mandoline tranche le morceau et dépose notre oreille sur la douceur de "On Tour With Zykos". Tranquillement, "The Stand Ins" touche à sa fin, avec un petit avantage aux points pour la première partie de l'album, et les titres au rythme enlevé. Jonathan Meiburg était encore de la partie sur quelques chansons, mais assurément, le divorce ne dilapidera pas leur héritage. Cas d'école, il va même sûrement le faire fructifier.

Judicaël


A lire également, sur Okkervil River :
l'interview (2007)
la chronique de "The Stage Names" (2007)
la chronique de "Black Sheep Boy Appendix" (2006)
la chronique de "Down the River of Golden Dreams" (2004)

Stand Ins, One
Lost Coastlines
Singer Songwriter
Starry Stairs
Blue Tulip
Stand Ins, Two
Pop Lie
On Tour With Zykos
Calling and Not Calling My Ex
Stand Ins, Three
Bruce Wayne Campbell Interviewed on the Roof of the Chelsea Hotel, 1979

Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog