Oldman - Son, Father and Son...

12/03/2009, par David Larre | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

OLDMAN - Son, Father And Son...
(Arbouse Recordings / Anticraft) [site] - acheter ce disque

OLDMAN - Son, Father And Son...Les songes impénétrables de "Two Heads Bis Bis" n'ont pas eu le temps de se dissiper que Charles-Éric Charrier revient à la charge, plus imprévisible que jamais : loin des boucles hypnotiques de son prédécesseur, "Son, Father and Son..." est un étrange disque qui s'établit dans la progression linéaire de morceaux rassemblés par aucun signe fédérateur tangible : ballades folk dépouillées s'imprégnant de sons divers au gré de leur cheminement (synthé et orgue sur "Son, Father", sons de cloches sur "Father and Son"), post-rock distordu ("Mama ! Hum"), chansons parlées qui laissent la voix dans l'ombre pour mieux exposer, à la lumière, une certaine misanthropie glacée ("Morrow", "Son, Father and Son..."). C'est un fait, peu de balises éclairent le parcours, constamment heurté par les dérapages bruitistes, les inserts crissants, les embardées bordéliques, voire les sorties de route brutales. Disque complexe à suivre, "Son, Father and Son..." n'en est pas moins une œuvre aérée et respirable, dans laquelle les trouées de lumière (principalement, les morceaux acoustiques) dissipent régulièrement la noirceur ou la tiennent à bonne distance.
Comment, par-delà la complexité, tenter de percer le mystère du propos ? La seule vision d'ensemble, pourtant explicite - les rapports entre père et fils -, embrouille un peu, il est vrai, les fils des tendances les plus ambivalentes : le père domine, figure réelle, imaginaire ou absente dont il faut honorer/détruire la mémoire par amour/haine, le fils est ainsi suspendu au souffle d'une relation dangereuse, mais vitale ; ce qui pourrait ravir n'importe quel psychanalyste de base prend ici une forme aléatoire, familière de l'obscur et du grinçant, perçant vers une forme de vérité lointaine, aussi aveuglante que perturbante : faut-il donc "tuer le père" pour lui assurer ou s'assurer enfin qu'on l'aime ?

David Larre


A lire également, sur Oldman :
la chronique de "Two Heads Bis Bis" (2008)

Son, Father
Mon Délicat
Mama ! Hum
Grandfather's Shield
Son, Father and Son...
Morrow
Father and Son
Half Brother

 

Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews