Orouni - Track by Track

17/11/2008, par Christophe Patris | Track by track |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

"Jump Out the Window", le second album d'Orouni, donne la furieuse envie de faire la tournée des pubs en roulant sur la bande de gauche. POPnews a donc demandé à Rémi, chanteur multi-instrumentiste du groupe, de revenir sur la genèse musicale de ces morceaux très anglophiles. Pour le commentaire sur les textes des chansons, on vous invite à poursuivre la lecture sur le site À Découvrir Absolument.

Orouni

Panic At The Beehive feat. Mlie
C'est peut-être la chanson la plus emblématique de l'album, celle par qui le titre du disque est arrivé. C'est aussi le morceau le plus touffu. Au début je voulais en faire une chanson pop un peu à la Hidden Cameras, et je pense que finalement on n'en est pas si loin. Le rythme se rapproche de leur titre "Ban Marriage", et puis il me semble qu'ils utilisent ce genre de sons de métallophones, parfois. Je suis vraiment désolé pour mon label MonsterK7, mais ce n'est pas du toy piano qu'on entend (contrairement à ce qui a été dit plusieurs fois), c'est le son "boîte à musique" de mon synthé, rétablissons la vérité (et cassons le mythe).

Les "ooooh" que l'on entend de temps à autre ont été inspirés par des bruits parasites de guitare électrique que j'ai tenté de reproduire à la voix. Ils auraient très bien pu ne pas être là. Parfois le hasard et les accidents donnent de très bonnes choses, en musique. Sur le deuxième couplet, ce que certaines personnes prennent pour un chant des sirènes, c'est en fait Mlie qui chante la bouche fermée. Et la guitare électrique martelée a été honteusement piquée à MiLK & Fruit Juice sur son morceau "All You Can Remember".

A Story of Ladder
C'est une vieille composition que j'ai ressortie pour l'occasion. J'ai eu beaucoup de mal avec cette chanson, je n'arrivais pas à en tirer quelque chose de satisfaisant, que ce soit rythmiquement ou pour les arrangements. Elle m'a désespéré à de nombreuses reprises...

Le son d'orgue de l'intro est un son de synthé passé à travers un effet "rotative speaker" d'un pod multi-effets de guitare, du coup ça sonne un peu vintage. Au début je voulais qu'il y ait uniquement du piano pour la partie rythmique, quelque chose de très anglais, mais ça ne fonctionnait pas car je ne sais pas y faire, alors j'ai rajouté, entre autres, une guitare folk et du tambourin. Par contre je ne suis pas sûr que ma voix soit au top sur cette chanson...

Le solo de piano est un bon exemple du "less is more". En retirant pas mal de pistes à ce moment-là, je trouve que ça donne un effet intéressant, puis ça permet de repartir ensuite. À noter que la partie de piano sur l'outro est délibérément du n'importe quoi.

A Greased & Golden Palm feat. Mlie
Je voulais vraiment que le couplet commence très doucement, limite lounge (d'où la présence du vibraphone), puis s'excite un peu, et puis le refrain encore plus. A la base c'est la chanson dance de l'album. Et on peut noter la présence de l'omnichord dans l'oreille droite sur la deuxième partie du deuxième refrain ainsi que sur le troisième. Au début et à la fin du pont, je me suis fait plaisir avec des percussions bizarres que l'on retrouve sur "Stomach Attack". Et nous devons le canon sur ce pont à une idée de Mlie.

The Only Pictures I've Got
C'est probablement la chanson la plus isolée de l'album du point de vue des arrangements. C'est un des derniers morceaux que j'ai écrits pour l'album, et au début je l'imaginais comme quelque chose de moins doux, limite plus tribal. De cette idée il reste les percussions que l'on entend en fond, mais un jour, j'étais dans ma cuisine (ne me demandez pas pourquoi) et j'ai pensé que ça pourrait être cool d'avoir des cordes sur cette chanson. Puis, j'ai réécouté "Bathed in Moonlight" de Benjamin Fincher (sur leur premier EP) où Emma joue plusieurs parties de violoncelle, et ça m'a convaincu. Elle et JB ont gentiment accepté de m'accueillir chez eux à Mantes-La-Jolie pour que nous enregistrions. Je me souviens que l'après-midi où nous avons fait ça, il faisait rudement froid, c'était début février. D'ailleurs Emma et JB l'ont bien compris puisqu'ils ont déménagé à Nice depuis.

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» toutes les interviews